Partagez
Aller en bas
avatar
Averos de Montmirail
Maitres des lieux
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/07/2007

[Archive] 1er rencontre tente de Montmirail.

le Lun 6 Aoû - 11:45
Averos a écrit:Le voyage de Montmirail à Reims, dura pas moins de deux jours, les chariots et les mules étaient chargés au maximum de leur capacités. On pouvais voir des chariot transportant de la nourriture et du bon Vin de loire. mais aussi des chariots aux larges roues qui transportaient tout le matériel de de tente, toile,sardine,cordage...
Mais le chariot le plus précieux était sans nul doute celui de l'équipement et des lances, si il lui arrivait malheur, le Baron pouvais faire une croix sur sa participation aux joutes. En effet une t-elle organisation représentait un fond d'investisement important.


Le petit cortège arriva à Reims, tôt dans la matiné, les gardes de la Capitale, les amena dans un petit en clos en jachère, ou des coquelicots, pagrettes, marguerittes, et viloette dansaient dans le froid vent du matin.


En fin de matiné, les domestiques avaient plantés, tente, et étendard aux couleurs de la maison Montmirail, Ils fût tous soulagés quand la dernière sardine et la dernière toile fût mise.

Le Baron les remercia pour leur efficacités et rapidités et les convia à table, au menu pomme de terre et poulet, sans oublier la bière.
Suite à ce repas Averos alla s'étendre au pied d'un grand chêne porteur d'ombre et de tranquilité et il rêva et songa :





" L'aire est si pur, l'herbe est si frâche en ce beau matin de Juiellet

J'éspère que l'an prochains à l'heure ou éclos et fleurie le muget,

Et a l'époque ou jouent les enfants dans les champs et patogent dans les cours d'eaux.

Aux parents heureux,voyant leur enfants grandirent, au fil du temps, soulage leurs vieux os. "


La pluie vîent carasser, les feuilles du chêne, et coule le longs des nervures vredoyantes, bientôt la goutte tombe sur le front de l'homme songeur.

"Il est temps de rentrer" pensa Averos.

Il se dirigat donc vers sa tente, elle n'était pas bien spacieuse n'y même luxieuse, En effet Averos était avant tout un voyageur et un militaire, il avait l'habitude des camps de guerre, aux matelas de paille, et au confort quel que peu spartiate.
Averos était venu à ces féstivités non pour la gloire, et ni le préstige tout cela il l'avait déjà reçut part la guerre et les victoires.

Mais il voulais surtout surprendre et être apprécier par la personne et la famille pour la quel il allait jouter... Dame Siva... Il ne joutait pas pour un coeur, mais pour une union, que dige une alliance, qui permetrait de faire survire et perdurer sa famille. D'ailleurs il n'avait presque jamais vu Dame Siva, il avait était son superieur lorsqu'il était prévôt, mais ce n'est pas connaitre quel qu'un réelement. Mais accepterait elle cette union.



Nicolebosse son écuyer et maître forgerons entra dans la tente et inclina la tête en signe de respect Messire...



nicolboss a écrit:les demandes faites par le seignieur de montmirail pours les joutes a son forgeron était tres préssé,
nicolboss n'eu de temps pour ce reposer, il devait achever l'armure du baron dans les plus bref délais, il utilisa les materiaux les plus précieux et les plus résistant qu'il possédait.
tout cela lui avait pris des jour entier d'ouvrage.
quand il avait finit, la derniere chose qu'on lui a demander, était de lui fabriquer une lance, capable d'atteindre ses adversaire et assé puissante pour le porter a terre.
apres celle si chevé, il avait pris soin d'y mettre a l'abrit de tout convoitise, cellé dans l'endrois le plus secret...

le jour des joutes, les tentes installés, apres un bon repas festif, nicolboss déballa toute ca marchandise.

alors tout en s'inclinant respectueusement, il fit signe aux domestiques d'aportter la marchandise déballé, avec le plus grand soin possible.

comme honnoré, l'homme s'écarta pour l'aisser place a ce qui fait de lui un exellent forgeron.
son seignieur voulait en savoir un peut plus sur l'armure qu'on lui présentait a lui.

alors d'un aire amusé, il s'exécuta :


voila ce compose l'armure,

en 1er d'un haume d'acier
apres j'ai ajouté des spallieres qui remonte vers la tete, ca protege de tout attaque.
bien sur un plastron, sinon une armure sans ca sert a rien, j'y ai gravé dessus votre blason.
je n'ai pas mis de cubiterre, j'y ai remplacé par de la cotte de maille
pour le bas une braconniere ainsi que la tassette
le cuisso,
pas de genouillere j'y ai aussi remplacé par la cote de maille
nous finisson par la greve, vous protegant les tibia
pour vos pieds on retrouve le soleret.

voila je croi ne rien avoir oublié.
ce que je vous propose mon seigneur, c'est d'essayer votre nouvelle armure conssu sur mesure et par mes soin, pour votre grace.


apres ses mots ,nicolboss ce retira de la tente du baron de montmirail, laissant plasse aux domestiques pour l'habillage.
apres un cour instant, le forgerons ce fit attendre par son seigneur.
il entra dans la tente, stupéfait aucun mot ne sortit de sa bouche, ses yeux parlaient a ca plasse :






Averos a écrit:Avers fût très étonné par l'armue si joliment forgé, Il remerca son maître forgeron , celui ci lui avait denouveau montré à quel point il était doué et experimenté en la matière, il connaissait son ouvrage dans les moindres détailles.

Averos lui donna un petit tonneaux de son meilleur vin :


Tenez mon brave du Bon Bourgeuil de 1386 c'est une bonne année, Vous êtes un expert dans la forge, mais moi c'est dans le vignioble, fait moi confiance, vous pouvez le deguster ce bon vin, vous m'en direz des nouvelle.

Suite à cela, Averos se fait aider par son valet pour enfiler son armure, il fait des gestes de gauche de droite, tend le bras puis le plie.

Elle est vraiment légère et agréable a porter ! Je pourrais même dancer avec.dit il d'un ton ironique
avatar
Averos de Montmirail
Maitres des lieux
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/07/2007

Re: [Archive] 1er rencontre tente de Montmirail.

le Lun 6 Aoû - 11:59
Siva a écrit:Enfin ce long periple avait pris fin.Ils etaient arrivés un peu plus tot,et la journée s'annoncait longue et faste .La Champagne avait preparé des festivités digne de Sa Majesté pour son retour.
Le cortege etait entré dans la capitale,apres plusieurs lieues a chevaucher.Siva avait apprecié retrouver enfin ses terres,la fatigue tirait ses traits,et les nombreux rebondissements qu'il y avait eu durant le voyage lui pesait sur les epaules.
Suivant le meneur,le Grand Maitre,les membres de la lance de Mathusalem semblaient retrouver le sourire a la vue de la capitale.
Ils eurent vite fait de se disperser apres l'accueil officiel.Nombre d'entre eux joutaient le jour même.
La Dame de Mathusalem,arborait un fin sourire,son humeur etait au beau fixe,comme le temps,apres une courte averse,rafraichissant juste ce qu'il faut l'air.

Elle prit a peine le temps d'aller faire panser son cheval aux ecuries,et de prendre ses quartiers a l'auberge qui l'accueillait.
Un rapide bain,pour se debarasser de la poussiere du voyage,elle enfila une toilette convenable,laissant a contrecoeur sa longue tunique,son épée,et son tricorne,qui ne l'avait pas quitté tout ce temps.
Rafraichie,elle prit a peine le temps de nouer quelques meches de devant en arriere avec une laniere de cuir.S'assurant d'être presentable elle lacha un soupir.Sa mine etait affligeante,un bain ne suffisait,c'est du repos qu'il lui fallait,et elle le trouverait enfin apres ses festivités.

Elle decida de se rendre a pied a la lice.Elle entendait au loin les eclats de voix des Reimois qui s'y trouvairnt deja.
S'approchant du lieu des joutes,Siva balaya du regard les alentours afin d'y reperer une couleur particuliere.Elle avait appris en chemin que le Baron de Montmirail joutait pour son honneur,ce qui l'avait touché.Cette homme semblait aussi bon qu'on le lui avait dit.SanAntonio n' avait pas eu a plaider sa cause longuement,et la Dame de Chailly s'etait resignée,n'ayant d'autre choix,et se pliant a ses principes,et son allegeance a son suzerain.

Elle en etait là de ses pensées quand elle reconnut le blason qu'elle cherchait,et la tente qui allait avec.Prenant une grande inspiration pour tenter de faire redescendre la nervosité qui l'etreignait,elle tata machinalement son aumoniere,comme pour s'assurer qu'elle n'avait rien oublié,et se dirigea d'un pas decidé vers la tente.
Une fois arrivée devant,elle s'inclina courtoisement face à l'homme qui veillait ,trahissant la presence du Baron a l'interieur.Elle s'adressa a lui alors d'une voix qu'elle tentait de garder assurée


Bonjour Sieur,pourriez vous dire au Baron de Montmirail que la Dame de Chailly souhaiterait être recue au plus vite,je vous prie?

Le garde la regarda des pieds a la tête d'un air mefiant,puis acquiessa avant de s'eclipser dans la tente.
Siva se tourna alors vers les autres tentes,reperant les differentes armes presentes,afin d'identifier les participants


Averos a écrit:Un garde entrat dans la tente quel que peu troublé de devoir déranger l'entrainement du Baron et il bredouilliat c'est quel que mots.
Mon seigneur !? pardonnez moi de vous déranger en pleine simulation et concentration...

Que ce passe t'il Gamelin, parle, notre temps est précieu avant les joute.

Et bien messire la Dame de Chailly se tient à l'exterieur de la tente et elle voudrait vous voir... Il semblerait que c'est unrgent.

Averos pensait bien que cette rencontre devait se produire, mais il n'aurait jamais imaginé que la Dame de Chailly viendrait aussi rapidement et dans son propore campement. Mais une sorte d'attente et peur se reveilliat en lui.
Avait elle acceptée sa demande, ou au contraire, elle la refusait, là était la question.


Faite venir cette Dame Gamelin !

Mais messire vous n'allez tout de même pas la recevoir avec votre ar...
Mais Gamelin voyait que le Baron était a la fois troublé et anxieux, et il ne proncha pas et executa.


Quel que Instant plus tard la Dame Siva était dans la tente, face à face avec Averos. c'était le moment tant attendu, il fallait faire bonne figure...
Mais dans la précipitation et dans le manque de temps le Baron n'avait ni retirez haume ni armure et ce n'est pas faute d'avoir été prévenu par son garde. Pour une première rencontre c'était quel que peu original et inapproprié.


Puis Averos pris la parloe d'une voix caverneuse, a cause du haume.

Bonjour gente Dame, je suis heureux de vous accueillir et de vous voir.

Mais vous me semblez bien fatiguée, et lasse venez donc vous assoire.

Je pense deviner l'objet de votre visite... mais malheureusement je n'ai que peu de temps.

Dehors les joutes vont commencer et le sieur ricoh de la veuve m'attend.

Mais parlez, je vous écoute !



La réponse de Dame Siva, pouvais très bien destabiliser le baron et le surprendre si cela était un refut. Mais si c'était l'inverse Averos partirait en Lis soulagé et heureux.


Siva a écrit:Siva sursauta quand le garde revint pour lui signifier qu'elle pouvait entrer.Elle ne se fit pas prier,et suivit,en tentant de conserver son calme "Ce n'est qu'un Baron...et puis il ne fut que ton superieur hierarchique par le passé...non,je ne dois pas penser comme ca...ca me rassure encore moins".

Une fois a l'interieur,elle s'inclina pour saluer Averos,et c'est en se redressant que son regard se posa sur lui...enfin..de ce qu'elle en voyait.
Un heaume couvrait sa tete,ce qui perturba quelque peu Chailly.En effet,elle avait encore bien du mal a faire appel au souvenir remontant avant sa mobilisation en Anjou et la chute de cheval qui lui avait causée une amnesie de plusieurs mois.Ce qui ne l'aidait pas a se rapeler le visage du Baron.
Toutefois elle ne laissa rien transparaitre,ou du moins s'y evertuait elle.S'eclaircissant la voix,et relevant un peu le menton pour se donner plus de consistance face a cet homme,elle prit la parole


Bonjour a vous Messire.Je vous remercie de me recevoir si vite,je ne tarderais pas,afin d'avoir la chance de vous voir jouter.

Siva hésita un instant puis declina l'offre de s'asseoir faite par la Baron,en lui adressant un sourire,joignant ses mains nerveusement

Merci,mais ,je vous l'ai dit,je ne souhaite pas vous retarder,j'aurais tout loisir a m'asseoir dans les tribunes.

Je tenais a vous remercier de vive voix d'avoir souhaité defendre mes humbles couleurs...Aussi ,comme le veulent les convenances,je suis venu vous porter ceci...


Tout en prononcant ses paroles,Siva porta sa main a son aumoniere et en sortit un foulard qu'elle tendit a Averos.Son regard se faisait fuyant,non pas qu'elle n'eusse voulu croiser celui du Baron,mais la tenue du Messire l'en empechait,et l'idée de rencontrer cet homme l'impressionant deja a la base,le voir ainsi paré,n'arrangeait rien.Ou peut etre craignait elle aussi de laisser echapper un rire malvenu,du fait de l'originalité de cette rencontre



Il est aussi modeste que le domaine qu'il represente,et sa Dame.Et pour etre honnete,j'avoue l'avoir fait un peu precipitament.

Une fois fait,Siva tenta de mettre de coté son apprehension,et se reprit

Mon Suzerain m'a entretenu,durant ce voyage,au sujet de la requête que vous lui avez presenté.J'espere que vous n'en prendrez pas ombrage,mais il souhaitait me la soumettre avant d'y apporter réponse.

Regardant Averos,elle lui sourit a nouveau,et sembla s'inquieter du moment opportun pour parler de ca

Hum..Votre armure est magnifique Messire...Peut etre vais je vous laisser vous rendre en Lice,le moment est sans doute mal choisi pour parler de cela...Mais si vous le souhaitez,je pourrais repasser a votre convenance,pour que nous nous entretenions?



Averos a écrit:Siva ne voulait pas s'assoire, elle était anxieuse, cela se voyait dans ces yeux, elle ne semblais pas non plus très sûr d'elle, elle esquivait son regard t-elle une louve apeurée.

Siva: Je tenais a vous remercier de vive voix d'avoir souhaité defendre mes humbles couleurs...Aussi ,comme le veulent les convenances,je suis venu vous porter ceci...


elle sortie un petit foulard noir ou était brodé ses couleurs. Averos prit la petite étoffe et l'accrocha à son armure

Averos: Merci à vous Dame Chailly, Jouter pour vous et vos couleurs est un honneur et le devoir de tout Noble qui se respect.

Siva: Il est aussi modeste que le domaine qu'il represente,et sa Dame.Et pour etre honnete,j'avoue l'avoir fait un peu precipitament.

Averos: Non, rassurez vous, je l'apprécie tel qu'il est, surtout ne le changer pas et ne changez pas pour moi.

Puis Siva lui parla rapidement de ces fameuses lettres que le Vicomte Sanatonio et lui avaient échangés, Mais la Dame ne les avaient pas encore vu. Averos qui entandait une réponse, une parole, un mot à se sujet, resta dans la même attente incertaine et ... C'est donc dans le doute et la patiente qu'il joutera, cela ne pouvait que le forcer à ce concentrer sur sa lance et son adversaire.

Siva Hum..Votre armure est magnifique Messire...Peut etre vais je vous laisser vous rendre en Lice,le moment est sans doute mal choisi pour parler de cela...Mais si vous le souhaitez,je pourrais repasser a votre convenance,pour que nous nous entretenions?

Le maréchal férant arriva en trombe dans la tente et oublia même les régles de politesse ce qui donna a peu pres ça:

Hey messire, ont est à la bourre la !!!! votre cheval est presque prêt !! en selle monseigneur, sinon il vont nous déclarer discalifié.

AverosJ'arrive ! la prochaine fois prevenez quand vous entrez ! je suis quand même votre seigneur, non de non !
Dame Siva, je vous laisse, les joutes m'atende !


Il se dirigat vers la sortie en toute hâte, on pouvais entendre le merveilleurx cliquetie de sa manifique armure... d'ailleur dans la précipitation il n'avait même pas remercier Siva, pour ses compliments de l'armur... décidément, il donnait une image d'un bien drôle impolis baron en vers cette dame, son heaum, son manque de temps, son maréchal férant déboulant dans la pièce.
Pourvu que cela n'affecte pas sa décision...

Et il monta son fièr destrier et partie au galop vers la
lice



Siva a écrit:Siva sourit au Baron,par courtoisie,et amusée de cette rencontre,quand un homme entra en trombe pour prevenir ce dernier qu'il etait temps de se rendre en lice.

Celui ci s'excusa aupres d'elle et se rendit la ou on l'attendait.A peine fut il sorti,que la femme ne put se retnir plus longtemps,et se mit a rire doucement,en voyant le fier Averos sortir de la tente,sans meme s'etre rendu compte de l'originalité de cette entrevue.

Un peu frustrée de n'avoir pu se remettre son visage en tete,mais ayant apprecié sa courtoisie et son amabillité,Siva se mit elle meme en route vers la lice pour suivre son champion du regard.
Elle doutait encore de l'avenir d'une telle union,mais etait rassurée de voir que le Baron de Montmirail etait fidele aux compliments que lui avait exposé le Vicomte de Melun lors de leur entrevue.
avatar
Averos de Montmirail
Maitres des lieux
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/07/2007

Re: [Archive] 1er rencontre tente de Montmirail.

le Lun 6 Aoû - 12:00
ArS3NiC a écrit:Le jeune Seigneur, après avoir regarder les affrontements, se rendit dans la tente d’un ancien ami. L’baron devrais être surprise se dit il. Les gardes l’avait laissé passer, aller savoir pourquoi, surement le fait qu’il protège une personne de haut rang ?? Surement…

Il s’installât confortablement, attendant l’arriver du Baron.


Averos a écrit:
Averos revenait de la lice, ses gens entourait son cheval et le félicitaient en l'aclmant de tout part.

Bravo messire le baron !! Yipipip Hourrra


Averos: merci, merci, mais Ne vous embalez pas trop vite bonne gens, les joutes ne sont pas fini, et demain est un autre jour de victoire ou de défaite... demain j'affronte le Duc de Touraine, Messire Llyr.
Mais vous avez raison fêtons cette petit victoire.


Averos n'avait pas revu Dame Siva, depuis son entrevu dans la tente, peut être est elle allée féliciter quel que autres seigneurs, comme le jeune Varden qui avait veritablement bien jouté, pour un jeune homme comme lui. Il prometait plein d'espoir dans le milieu des joutes.

Une fois arrivé au campemant, ses gens s'activèrent pour dresser une grande table et préparaient de grands feux... tant dit que d'autre allaient tirer le vin et la bière des tonnaux et verssaient le precieux liquide dans de grands pichets.

Avant d'entrer dans sa tente Averos demanda à son messager d'aller querir tout ces vassaux ainssi que proche amis sans oublier d'inviter Dame Siva et son Zuserain le Vicomte Sanatonio, mais aussi son ami et adversair de la journé le sieur ricoh de la veuve.


Averos était bien lasse de cette journé, il c'était levé tôt et c'était entrainé puis avait jouté.... vous me direz que cette journé n'est rien comparé à une journé de guerre et de sang, Il entra donc se reposer.

Mais un garde l'avertie qu'un inconnus c'était introduit dans la tente


gardMessire l'hommeprétandait être un garde du corps Royal... nous n'avons pas bronché et l'avons laissé passé, car cela se voyait à sa tenue.

Averos ne répondit pas et entra dans sa tente la main sur la garde de son épée prêt à dégainer son épée. mais que ne fût pas son etonnement quand il vu son bon vieux collègue et ami, ancien colonel du Maine.... Il s'était connu durant le conflit en Bretagne.... et depuis sa demision du poste de colonel il n'avait pas eu de nouvelle....

Averos s'exclama:
Comment va tu vieux frère !! tu sais que tu ma fait peur toi !
lui donnant une tape amicale pour lui souhaiter la bienvenue.

Tu veux boire quel que chose ? J'ai du très bon vin du Langudoc...


[HRP] pour le micro banquet improvisé que je fait sous entenre dans mon RP, il peut s'étaller sur plusieur jour, sachant que nous somme le week end et qui plus es le 14 juiellet, tout le monde n'est pas là... bien sûr tout les joueur qui ont un perso qui connait biien Averos sont conviés...

PS ; avant tout autre poste veuillez attendre que le joueur de Ars3nic ai répondu à mon poste, pour rester dans un RP cohérent merci 😉
[HRP]


ArS3NiC a écrit:Ars attendait la, un verre a la main, les joutes était finit, pour la journée, et Averos était arrivé prés de la tente. Entouré de pas mal de monde au bruit, cette idée l’énervé quelque peut. Surement sa fonction qui le rendait ainsi…

Averos : Comment va tu vieux frère !! Tu sais que tu ma fait peur toi !

ArS3NiC : Très bien l’ami, très bien, je me suis dis que je pourrais profiter de mon passage pour te voir, et a mon grand étonnement tu jouté, pour les couleurs d’une Dame en plus…

Après un petit sourire, il laissa le Baron répondre.

Averos : Tu veux boire quel que chose ? J'ai du très bon vin du Languedoc...


Languedoc…Languedoc…Sa remonte a si loin qu’il n’en a plus aucun souvenir…

ArS3NiC : je veux bien, le voyage m’assoiffe


[HRP]Désolé pour la loooong attente… Embarassed [HRP]


manu95 a écrit:Manu entre dans la tente, un air un bin déçu. Pour ses premières joutes, il a été mis au tapis en moins de temps qu'il ne faut le dire. Pitre cavalier, il a eu bien du mal à garder l'équilibre.

Cher aron de montmirail, Hélas, j'ai échouer lamentablement.

Manu s'asoie alors, afin de méditer.

caribert a écrit:Caribert arriva dans la tente d'averos, tout heureux de son premier succès dans une joute
il vit l'air abattu de manu
je suis désolé pour toi Manu, tu as pas eus de chance, mais si tu veux on s'entraînera ensemble
cher baron...vos conseils me furent très utile
j espère continuer a vous faire honneur
je vous informe que je viens de rejoindre l'ordre de l'hospital.


manu95 a écrit:Merci caribert. Je suis un bien faible cavalier. je te souhaite de réussir et d'aller le plus loin possible.




Averos a écrit:Averos fît entrer ces deux, seigneur, et fidèle vasseaux... La scene, était interssante, car les deux hommes resentaient deux emotions bien défirente, du dégôut à la joie, On pouvais sentir la farternité qui émanait d'eux.


Mes bien cher Vasseaux, déjà je vous félicite, que vous ayez perdu ou gagner, l'important et de participer et de montrer et défendre nos couleurs.
Manu ne soyez pas si dépîté, j'ai entendu dire que du côté du tounoi des archers vous vous en sortez bien ainssi que votre ville Langres et ça c'est consolable seigneur Manu.
Mais ne vous en fait nous allons remédier à vos manque dans le domaine de la cavalerie.


Mais encore une fois j'ai confiance en vous pour le tir à l'arc, vous pouvez réussire.

Quant à vous Caribert, restez en lice avec moi le plus loin que nous le pourrons, les chose vont commence à se corsser... et la victoire se joura sans doute de rien.

Pour votre intégration à l'odre de hospitale toute mes félicitation, mais quel motivation ou quel but vous a poussé à vous engagez ?


Averos leur serva un verre entre temps en attendant les répnses des seigneurs.


caribert a écrit:c'est tout simple
l'ordre de l'hospital a dans sont sein tout ce que je recherche depuis longtemps: l'aide aux pauvres aux déshérites, les blessés, protéger ceux que j'aime....
Pour ce qui es de la joute je pense pas allez beaucoup plus, loin, la chance du débutant ca fonctionne une fois Smile
Mes excuses je dois y aller pour le deuxième tour, je reviens aussitôt, j espère en un seul morceau Very Happy
avatar
Averos de Montmirail
Maitres des lieux
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/07/2007

Re: [Archive] 1er rencontre tente de Montmirail.

le Lun 6 Aoû - 12:01
manu95 a écrit:Manu écoute les parole du baron de montmirail, remplie de sagesse.

Merci cher baron. Je sais bien que la participation est la plus importante, et je n'avait pas du tout le projès de gagner ces joutes, mais vraiment de m'y découvrir. Je suis en fait déçu de n'avoir pas eu le temps de les apréciées.

Pour le tir à l'arc, ne vous en faite pas, je pense bien mieux m'en sortir que à cheval.

manu bois alors son verre afin de se remettre plus aisément de ses émotions.







Siva a écrit:Alors qu'elle se delectait des rimes de ses confreres troubadour a leur tente,Siva avait ete abordé par un serviteur,la conviant a un petit banquet improvisé a la tente du Baron de Montmirail.
C'est donc sous les regards quelque peu etonné de certains poetes,qu'elle avait du rapidement s'excuser en precisant que ce dernier portait ses couleurs durant ces joutes,et qu'il serait bien impoli de ne pas s'y rendre.

La Dame de Chailly se rendit donc sur place,d'un pas nonchalant,sans vraiment trop comprendre le but de sa presence au milieu de jouteur.Elle esperait qu'il y aurait quelques visages familiers,afin de ne pas s'y ennuyer.La seule chose qui lui donnait le sourire a ce moment precis,fut de penser que le Baron ,ne pouvant manger avec son heaume,se devrait sans doute de se decouvrir quelque peu.

Arrivant pres de la tente,elle entendit des voix,dont celle qu'elle crut identifier comme la voix d'Averos,moins resonnante que lors de leur entrevue,et une autre sur laquelle elle n'arrivait pas a remettre de nom.
N'osant se presenter au milieu d'une conversation,ni entrer dans la tente remplie d'hommes,Siva,prevint un des serviteur occupé a mettre le couvert de sa presence,et s'eloigna de quelques pas de la tente,trouvant un arbre juste a coté pouvant lui offrir une ombre charitable par cette chaleur.
Elle y prit donc place,s'asseyant en tailleur a meme l'herbe,prenant garde que sa robe ne la trahisse pas.Appuyant sa tete contre le tronc,elle se perdit dans l'observation du feuillage




Averos a écrit:Un serviteur entre dans la tente et parle en chuchotant a l'oreil du Baron.

Serviteur: Monsieur, la Dame Siva est revenu, sans doute pour vous féliciter, mais elle semble songeuse messire...

Averos: Occupée vous des mes vasseaux, reservez les en boisson, je vais aller la voir.

Averos voulais avant tout voir Siva pour s'excuser de son manque de tacte dont il avait fait usage avant la joute, il ne savait pas trop quoi penser, ou quoi dire. Etait elle vraiment heureuse de se marrier, voulais t'elle vraiment cela ? ou voulais t-elle simplement obéire au Vicomte ? Car jusqu'a maintenant il n'avait eu qu'un seul son de cloche, celui du Vicomte qui acceptait le marraige.
Il s'approcha doucement d'elle,Bien évidament le Baron avait pris soin d'enlever son heaum pour être plus présentable.
Elle lui tournait le dos et regardait d'un oeil perdu la verdure.


Averos:Dame Siva...
Ne sachant que dire et réflechissant, il la laissa de se retourner vers lui...



Siva a écrit:Siva s'etait perdue,au travers de la contemplation du feuillage de l'arbre,dans ses pensées.Ce long voyage bardé de rencontres,et de nouvelles changeant le cours de sa vie,la rendait songeuse,et titillait sa muse.Une idée de petits contes epiques lui vint a l'esprit.
Elle n'entendit pas venir derriere elle,trop absorbée par son esprit,et sursauta legerement de surprise,en entendant une voix .

La dame se retourna et leva la tete, plissant legerement les yeux.La silhouette etait a contrejour,et il lui fallut un court instant pour la distinguer vraiment.
Un fin sourire se dessina sur ses levres,en reconnaissant le Baron.Son visage enfin decouvert,elle appreciait ses traits,ravivant quelques vagues souvenirs du passé.Ce visage parfois croisé en caserne,refletait toujours une certaine fierté,ainsi qu'une assurance,qu'elle avait remarqué par le passé.


Messire Baron,je suis ravie de vous revoir deja...On m'a faite mandée, me prevenant d'un repas que vous organisiez ici meme.
Je n'ai pas osé vous deranger,vous sembliez en grande conversation.


Siva se rendit alors compte qu'elle etait encore assise,et sentit une certaine gene l'envahir.Comment avait elle pu prendre la parole dans cette position,sans meme prendre la peine de se relever.
Elle hesita un court instant a rectifier son erreur,puis se dit qu'apres tout ,elle n'avait jamais ete proche des convenances,et qu'elle meme n'ayant pas pris ombrage de en pas voir son visage la premiere fois,il serait malvenu qu'il le fasse pour cette subtile erreur.
avatar
Averos de Montmirail
Maitres des lieux
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/07/2007

Re: [Archive] 1er rencontre tente de Montmirail.

le Lun 6 Aoû - 12:04
Delvine a écrit:Après avoir quitté la lice, Delvine erra aux milieux des tentes des jouteurs, à la recherche de celle de son ami.

Et au détour de l'une d'entre elle, elle aperçut Siva assise parlant à Averos. L'intrigue se resserrait autour d'eux. Elle espérait en apprendre plus et à comprendre pourquoi Averos avait jouté en portant les couleurs de Dame Siva. Mais en attendant, elle venait aussi pour quérir aide auprès de son ami.

Elle s'approcha alors d'eux et s'inclina légèrement pour les saluer.


Bonjour Dame Siva, toujours heureuse de vous revoir. J'espère que vous allez bien ainsi que votre charmante petite fille.

Bonjour mon ami. Je suis bien contente de vous revoir. Cela fait si longtemps que vous êtes parti et je n'ai que peu de nouvelles de vous.

Ainsi donc ces joutes auront ainsi permit de vous retrouver.

J'espère que je ne vous dérange pas ... mais mon cher Averos, je pensais que vous auriez pu m'aider ...

Elle s'interrompit quelques secondes, cherchant ses mots pour présenter sa requête.

J'ai fait une mauvaise chute l'autre jour et je pensais que vous auriez pu me rassurer sur mes blessures.

Elle les observa tous deux, surement surpris de la voir apparaitre et encore plus de la demande qui était faite au Baron. Mais celui-ci avait été guérisseur chez les loups et il y avait bien longtemps à présent, s'était occupé d'elle suite à un évanouissement à Langres. Depuis il était devenu son guérisseur et ami.


Siva a écrit:Siva vit une silhouette se profiler et se presenter a eux.Cette fois c'etait une Dame de Mathusalem.Elle fit un sourire quelque peu pincé a Delvine,et se releva.Elle ne put s'empecher de penser que les joutes etait un lieu bien mal choisi pour discuter a deux,et qu'ils le feraient sans doute un autre jour.
Sur cette pensée,Siva salua la cousine de son suzerain d'un signe de tete,comme elle le faisait toujours,peu enclain aux révérences.Son coeur se serra un peu en entendant parler de sa fille.Voilà des mois qu'elle ne l'avait vu.Elle avait prevu de rentrer a Chailly,mais son instinct lui dictait au fond d'elle,que les choses ne se passeraient pas comme prévu...Ce qui etait habituelle ces dernieres semaines.


Bonjour a vous Dame Delvine,je suis moi même ravie de vous revoir.
Ma fille se porte au mieux,et moi...euh..et bien,j'irais bien mieux quand j'aurais recupéré de ce long voyage...


Un sourire se dessina aux coins de ses levres.

Et,comment se porte votre bien aimé...?Je ne l'ai guere revu depuis les festivités de Melun...

Elle ecouta d'une oreille la requête de Delvine,tout en tournant la tête et en feignant de regarder alentours,par discretion mais ne put s'empecher de respecter un de ses principes hospitalier en proposant courtoisement son aide.Même si elle pressentait,sans trop savoir pourquoi,que celle ci prefererait le Baron.

Dame Delvine,si vous le souhaitez,en tant qu'Hospitalier,je connais quelques soins...Mais je comprendrais que vous preferiez vous fier au Baron,qui semble etre un bon ami...

Siva attendit sa reponse ,sans grande conviction,se preparant a prendre congé et a laisser les deux personnes entres elles.
Se reculant d'un pas, elle croisa les mains dans son dos,et balaya du regard les festivités.Son esprit etait emprisonné dans les memes pensées depuis des heures.Elle n'arrivait pas a s'en defaire,et aurait bien aimé pouvoir se rassurer un peu plus en en apprenant plus sur Averos.
Mais il lui fallait se resigner,cela n'arriverait sans doute pas avant Chailly,et ce duel qu'elle devait aussi mener.Ses pensées s'embrouillerent quelques instants,l'absorbant a un point tel qu'elle en oublierait presque la presence de tout ce monde



manu95 a écrit:Assis confortablement, Manu voit arriver un serviteur avec un plateau garni de differantes boisson aux aparences fraîches.

acceptant volontier l'offre du serviteur, il reprend ainsi une autre serie de gorgée de bière bien fraîche. Déjà le moral allais mieux. La chute n'était pas grave du tout, et il avait quand meme trouver du plaisir à ces joutes.

Mais inutile de se vautrer dans le luxe, Manu avait encore un concour à faire. resserant son foulard au couleur de Langres autour du bras, il conmmence à bander son arc et retailler avec précision ses flèches....


Averos a écrit:Averos allait répondre à Siva quand, il entendi une voix qu'il lui était familière, il aurait pu la reconnaitre parmis mille voix, mais cette voix mélodieuse il ne l'avait pas entendu depuis bien des mois maintenant.
C'était Delvine de Langres, ils c'étaient connus il y a bien longtemps... Lorsque Averos était lieutenant de la Zone sud de la chapagne et qu'il battais la capagne pour relier les garnisons de Langres, Conflant, et Troyes. Delvine était la femme d'un soldats de Averos, Orabh, paix à son âme. Averos avait donc soigné Delvine suite à la mort de celui ci il avait tisé une grande amitiée, voir plus au yeux d'Averos...


Delvine Bonjour mon ami. Je suis bien contente de vous revoir. Cela fait si longtemps que vous êtes parti et je n'ai que peu de nouvelles de vous.

Ainsi donc ces joutes auront ainsi permit de vous retrouver.


Averos la saluat et lui fait un large sourire.

Averos: Bonjour, Dame Delvine et oui cela fait affreusement logntemps que je suis partie, vous savez le conflit avec la Bretagne ma mobilisé là bas de long mois, Averos soupire Ha la guerre vous savez ce que c'est... du sang et de la boue dans la bouche et les éceurement... Mais que voulez vous il faut bien des volontaires pour cette tâche, et c'est mon metier...
Mais me revoilà Delvine, me revoilà !

Puis Delvine, lui demanda avec esitation si elle pouvait montrez au Baron une blessure... Averos est bien entendu surpris par la demande.

"sa tombe pas au bon moment mais je ne peux pas lui refuser, je m'envoudrais" pensa t'il.

Siva proposa son aide mais Delvine refusa poliment. Part la suite les deux amis s'engoufrairent dans la tente, qui était désormait vide et ou il regnait plus d'intimité

Averos à son garde: Ne faite entrer personne, pour le moment je suis occupé.

Averos demandat à Delvine de s'allonger sur son lit en guise de table médicale.

Dite moi tout ! douce Delvine, quels maux vous font venir à moi ?
avatar
Averos de Montmirail
Maitres des lieux
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/07/2007

Re: [Archive] 1er rencontre tente de Montmirail.

le Lun 6 Aoû - 12:08
Siva a écrit:Siva s'inclina respectueusement avant que le Baron et Delvine ne s'eloigne.Elle regarda un court instant les alentours,et soupira.
"Bon..que faire maintenant...".Elle apercut les deux hommes presents pres de la tente a manger,Caribert et Manu.Elle alla vers eux,les salua,souriant au Seigneur de Vauchamps qu'elle appreciait toujours croiser,et resta un moment avec eux,a boire et a manger.
La fatigue ,et les pensées envahissante,troublant son humeur,la rendait quelque peu absente.La dame de Chailly prefera alors prendre congé,s'estimant de pietre compagnie.

Siva reprit alors le chemin de son auberge,s'eloignant peu a peu des festivités bruyantes.Son coeur etait de moins en moins a la fete,et alterait sa joie d'etre de retour.
Arrivant a sa chambre,elle trouva un message,la priant de revenir au plus vite en son village,afin de regler certaines affaires.
Faisant fie de la fatigue,elle fit preparer ses affaires,passa sa tenue pour la monte,et fit porter missive a Lo afin de le prevenir de son depart precipité,avant de reprendre prestament la route vers Conflans.Elle aurait a loisir de somnoler sur sa monture.


Delvine a écrit:Delvine écouta Siva et l'évocation de Melun lui fit perdre son sourire un instant. Cette journée lui avait laissé un goût amer, et elle avait finit par fuir le domaine. Chassant ses pensées, elle répondit finalement à sa première question.

Occupé ... il est très occupé. Mais nous le sommes tous je crois.
Votre voyage a du vous épuiser en effet. J'espère qu'il fut intéressant, et je vous souhaite de pouvoir vous reposer à présent en notre belle Champagne.

Elle adressa ensuite un sourire à Averos en signe de réconfort après les épreuves de la guerre, qui certes n'avait pas dues être facile à vivre. Son visage en gardait les traits.

Elle l'écouta attentivement, jusqu'à ce que Siva propose aussi son aide pour ses blessures. Quelle chance elle avait, alors qu'il y avait encore quelques jours elle se sentait sans ressources, voilà qu'à présent deux personnes souhaitaient lui apporter leur aide.

Elle refusa alors poliment la proposition de Dame Siva et suivit Averos dans sa tente. Elle espérait qu'il pourrait la rassurer sur son état et souhaitait également profiter de cet examen pour lui parler.

Delvine observa l'intérieur de la tente, et s'apprêta à s'assoir à l'endroit indiqué, tandis qu'elle ôtait sa coiffe découvrant ainsi ses cheveux nattés en deux tresses enroulées sur les oreilles. Elle ne put s'empêcher de penser à l'incongruité de la situation. Elle était seule dans la tente d'un Baron, assise sur son lit. Cela pouvait prêter à confusion, mais Averos était son ami avant tout.

Elle lui adressa un sourire à ses doux propos.


Merci Averos de prendre de votre temps pour vous occuper de moi. Le moment n'est peut-être pas indiqué pour vous demander cela, mais je vous ai vu aux joutes et j'ai alors pensé que ce serait là l'occasion d'être rassurée.
Car voilà depuis ma chute dans les rochers ... ah oui je ne vous ai pas raconté ce qui m'est arrivée.

Il y a quelques jours, j'ai fait une mauvaise chute dans les rochers près de la rivière à Langres et je suis restée quelques temps inconsciente.

Tout en parlant, elle releva le manche de sa robe sur son bras gauche couvert de bleus qu'elle tendit vers Averos.

Outre les hématomes et plaies à mon bras, depuis l'accident il m'arrive d'avoir des maux de têtes, bien plus souvent qu'auparavant. Et ça m'inquiète un peu.

Elle retourna la tête, pour le laisser l'examiner, tandis qu'elle tentait d'en savoir plus.

J'espère que je ne suis pas arrivée à un moment inopportun dans votre conversation avec Dame Siva. Si c'est le cas, je suis confuse.
Mais je ne m'attendais pas à voir Dame Siva près de votre tente ... ni à apprendre que vous jouteriez pour elle.

Elle laissa les mots flottaient, attendant de voir la réaction de son ami.


Averos a écrit:Averos écoute attentivement la Dame qui semble soucieuse et fatiguée peut être à cause de la mauvaise chute ? Le baron medecin, regarde la blesure, des belles contusions virant du bleu au mauve rien de bien grave pense t'il.
Puis il l'examine, regarde sa gorge, sa température, il remarque que Dame Delvine a un peu de fièvre ce qui pourrait expliquer les douleurs cerebrales.


Averos lui demande : Il n'y a que votre bras qui à heurté les rochers ? La tête n'a pas été touchée ?



La jeune femme lui fait un petit signe de tête, pour lui dire que effecttivement sa tête a heurté le sol, et elle restée inconsciente...
Il regarda donc attentivement la tête pour voir si il n'y a pas marques et blesures... mais rien, la tête n'a rien, fort heureusement.
Averos chercha dans un petit coffre, une huile d'arnica, qu'il étala avec délicatesse sur le bras. Il donna la petit fiole à Delvine.


Si vous avez enore mal, appliquez cette huile jusqu'a ce que la douleur disparaisse.

Pour ce qui s'agit de vaut maux de tête, je peux vous donner ces feuille de sauges en tisane ou encore de la mélisse, mais le meuilleur remède est le repos.

Puis la jeune femme lui posa ces questions qui était quels que peu embarassantes mais pas inatendu de sa part. :

Delvine : J'espère que je ne suis pas arrivée à un moment inopportun dans votre conversation avec Dame Siva. Si c'est le cas, je suis confuse.
Mais je ne m'attendais pas à voir Dame Siva près de votre tente ... ni à apprendre que vous jouteriez pour elle.



Averos: Non ne soyez pas confuse cher amie, la conversation avec Dame Siva touchait à sa fin...


Puis Averos, arreta de parler, et refléchit à la manière dont il allait annoncer ce fameux marriage, ce n'était une chose facile pour lui... en effet le Baron aimait Dame Delivine, il lui avait déjà dit que pour lui c'était bien plus qu'une simple amitié, mais le destin en a choisie autrement, elle était fiancée à Coluche, un militaire bourguignon, Averos lui en voulais, mais il l'aimait... Il aurait prefferet mille fois se marrier part amour à Delivine que par arrangement à Siva... quel que part cela le rendait triste, et sans mots. Mais quand même il lui devait des explications, il pris une large inspiration est répondit avec esitation. La gène pouvais se voir sur le visage de homme barbu et ridés par le temps et la guerre.

Douce Delvine, si j'ai défendu les couleurs de la Dame de Chailly ce n'est pas par amour, mon coeur et mes pensées ne sont pas pour elle, mais bien pour une autre personne, que vous connaisez et cotoyiez tout les jours, même endormie, Mais si je joute en son nom c'est pour me faire reconnaitre et bien voir de son zuserain, le vicomte de Melun, votre cousin. Je vous entend déjà demander mais pour quel raisons ?
Et je vous répond avec gène que c'est pour me marrier... mais mon coeur connais d'autre motivation et passion.


Averos venait de dévoilé tout, pensée, sentiment, passion toujour éveillés pour Delvine il était à nue...
Il caressa sa pâle joue des ses larges mains rugeuses, veillient prématurément, part les temps de désespoirs et de pleur qu'est la guerre.


Puis il s'appreta à l'embrasser tendrement


Delvine a écrit:Delvine recula son visage et se leva aussitôt. A la surprise du baiser se mêlait le choc de sa déclaration d'amour ainsi que la révélation de son mariage.

Elle resta plusieurs secondes interdite, même si elle avait toujours ressenti les sentiments que le baron éprouvés pour elle, elle n'aurait jamais pensé qu'il les lui avouerait et encore moins ce jour. Surtout qu'il venait de lui annoncer son mariage.

Averos ... Vous ne pouvez pas ! ... Je ne peux pas ! Mon coeur est déjà prit. Et vous, vous allez vous marier !

Elle avait dit cela avec force et conviction. Ses pensées allèrent vers celui qu'elle aimait, puis revinrent vers le Baron.
Elle avança dans la tente, prenant peu à peu conscience de l'annonce qu'il lui avait faite, essayant de comprendre la situation énoncée.


Vous allez vous marier avec Dame Siva. J'ignorais que vous la connaissiez. Mais dites moi, n'a-t'elle pas déjà un amour dans sa vie, Lo, le père de sa fille ? Ils étaient ensemble la dernière fois que je les ai croisé. Pourquoi donc vouloir l'épouser ? Surtout que vous me dites ne pas l'aimer .. mais m'aimer moi.

Elle essayait de comprendre ce qui lui arrivait, se sentant dans un tourbillon fou où elle n'arrivait plus à se raccrocher à quoi que ce soit, juste à cette fiole qu'elle serrait fort dans sa main. Sa vie était bien assez compliquée, que se passait-il pour recevoir une nouvelle déclaration d'amour.
Que dire ? Que faire ? Elle voulait le garder en tant qu’ami alors qu’elle risquait de le perdre au vu de tout ce qu’il venait de lui annoncer.

Elle revint vers lui, sa voix se faisant plus calme.


Averos, votre amour pour moi, je l'ai toujours su au fond de moi, je m'en suis toujours doutée. Depuis vos premiers pas à Langres ... votre attention à mon égard ... et votre poème. Je m'en souviens encore. Les derniers vers
" ...
Je marcherais les yeux fixés sur ses souvenirs
Tout seul sur ses chemins, l'or du soir qui tombe sur Langres
Je reviendrais Ondine."

Mais pas seulement. Les attentions envers mon fils ... et ensuite votre proposition de seigneurie et enfin votre demande en mariage.

Elle marqua une pause, les yeux dans le vague, elle repensa à tous ses moments passés, dont le jour de cette demande en mariage, où elle avait vu un vase voler en éclat lorsqu'elle l'avait annoncé à son fiancé.
Elle reposa ensuite les yeux vers le Baron.


Malgré elle, Ondine vous a retenu dans ses filets. Mais bien que nous nous soyons souvent croisés, nos routes ont suivit des directions différentes. Mon coeur est remplit d'amour pour un autre homme. Mais vous êtes mon ami, vous êtes même celui que j’ai toujours considéré comme mon meilleur ami, et je ne souhaite pas perdre cette amitié qui existe entre nous. Bien que j’ai du mal à comprendre que vous vouliez épouser une personne que vous n’aimez pas.
avatar
Averos de Montmirail
Maitres des lieux
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/07/2007

Re: [Archive] 1er rencontre tente de Montmirail.

le Lun 6 Aoû - 12:13
Averos a écrit:Delvine recula... Averos resta de marbre, visage imobile, visage pétrifier par le douloureux refut. Il s'envoulais, mais il était amoureux, et Ondine le faisait souffire. il l'écouta parler et une phrases fît retentire le glas en lui

... Je ne peux pas ! Mon coeur est déjà prit

voilà le mot coeur était dit, Averos fous de rage,à tel point qu'il ne vouvoyait plus:

Mon coeur, meurt ! Ton bourguignon je lui aracherais son coeur, Je le haie, mais toi ne me haie point, c'est pour cela que je n'en ferais rien, ayant trop peur de t'enlever ce que tu aime et te voir souffire à ton tour. Je suis de rage et de fureure, blessé au fond de mon être.
Je vois pourtant que tu avais vu cet amour par mes poèmes et mes soins.
Mais aujourd'huis, tu me demande pourquoi je me marrie, avec une Dame que je ne connais ni n'aime et qui par les plus grands des malheurs elle aimée et est aimmé d'un autre...


Averos se sens non maitre de lui même, lui qui semble en temps normal si fière et si sûr de lui , il ne sais plus ou il en est....

Mais je suis un monstre !! à moi seul j'enlève l'amour... et sème le cahos dans vos coeurs aimants...
Mais n'ai crainte Delvine je garde et prend ton amitié, mais cela ne me contentera point... et je risque d'attirer des inimitiés de la part de ton aimé.
Il me faut réflechire maintenant, et faire un choix, à savoir briser une famille, ou egoistement fondé ma famille pour un hertier... Si d'ici là le chagrin ne me terrasse à jamais, aissi je ne vous préoccuperait plus.


Puis Averos partie vers les bois réfléchire sur soit.

[HRP] Averos étant sortie, le côté privé et intmité de la tente prend fin, ce qui veux dire que d'autres peuvent réintervenire, tout fois je demanderais que l'intervention soit dans le registre et dans le sujet du RP [HRP]



Delvine a écrit:Oh Aristote, qu'avait-elle donc fait ! Combien de coeur allait-elle faire encore souffrir ...

Il était parti et plein de fureur, mais elle ne pouvait accepter son amour, alors que son coeur ne battait plus que pour un autre, elle lui devait la vérité. Même si elle n'aurait pas voulu le faire souffrir ainsi. Et il souffrait ... Averos avait même été très violent dans ses mots et envers lui, exprimant ainsi son malheur sans doute. Elle ne le haïssait pas, elle était triste et en plein désarroi face à une situation sans issue.

Les derniers mots qu'il avait prononcé l'interpelèrent. Elle avait le pressentiment qu'il allait commettre une bêtise. Elle ne pouvait le laisser ainsi.

Sans prendre la peine de récupérer son chapeau, elle sortit en toute hâte de la tente, à sa poursuite. Elle le vit avancer tenant son visage dans ses mains, elle se mit alors à crier devant les regards intrigués de toutes les personnes se trouvant autour des tentes des joutes.


AVEROS ! AVEROS !

Revenez je vous en prie. Qu'allez-vous faire ? Averos !

Mais il ne répondait pas et continuait d'avancer vers la forêt. Arrivant enfin à sa hauteur, elle posa sa main sur son bras, le regard implorant.

Averos, ne faites rien que vous pourriez regretter. Vous n'êtes pas un monstre, juste un homme qui cherche son avenir.
J'ai besoin de vous dans ma vie.


Averos a écrit:[HRP] le RP qui suit; ce passe bien apres et il est sous forme epistaulaire, il va claure le RP je pense a moins que d'autre personne n'intervienne ? il va permetre aussi d'expliquer ce qui c'est passer entre temps et de se fait expliquer la petit absence de réponse de Averos. [HRP]

Averos était rentrer à Montmirail suite à la situation tragique de la tente.
Il avait reçut une missive d'une amie de longue date, Soni, cette dernière s'inquiétait de l'état du Baron, voici sa lettre :



Lettre de Soni

Mon cher Averos, j'ai eu vent de quelques nouvelles de vous.
J'ai appris que vous n'alliez pas très bien et que vous pensiez au suicide.

Sachez que vous n'etes pas seul. Si vous avez besoin d'amis, je serais une épaule sur laquelle vous pourrez vous appuyer mais ne perdez pas courage mon ami, vous qui avez été un maître pour moi.

Vous êtes un homme grand et bon et les Troyens le savent.
Bien à vous
Soni

Suite à cette lettre le Baron lui répond.

Lettre de Averos

Bonjour ma chère Soni Votre lettre me touche énormément et me réconforte.

Si je répond à votre message c'est que je ne suis pas encore mort de mes mains.
Apres avoir couru, pour fuire Delvine la Dame que J'aime, mais que cet amour est fait de tristesseet et chagrains.
Je m'appretais à enfiler la corde autour de mon cou.... quand celle ci à ceder et ma fait tomber sur la terre et les feuilles mortent de la forêt.

Es un signe de Dieu ? lui L'Unique et misericordieux ? Je ne sais pas et m'intérroge ?
Suite à cela j'ai fait le tour de la question...
mon acte était incontrôlé, j'étais hors de moi, Et j'ai décidé pour le bien de mon âme, d'essayer de refermer mon coeur à Dame Delvine, mais de garder et d'entretenire une lueur d'amitiée avec elle, Mais ce changement ne se fera pas du jours au lendemains, il faudra sans doute des jours, des mois ou même des années pour que mon coeur cicatrise.

Pour leur je me change les idées et passe à autre chose avec les élections pour le duché.

Mais on parle de moi mais vous comment vous portez vous ?

Amicalement Averos

Contenu sponsorisé

Re: [Archive] 1er rencontre tente de Montmirail.

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum