Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Manu95
Fantome officiel du Domaine
Nombre de messages : 325
Localisation : Troyes
Date d'inscription : 28/09/2007

[PARODIE]Les royaumes redondants III

le Dim 7 Nov - 22:37
Parce que vous avez été nombreux à les réclamer …

UN JOUEUR CHIANT : Ca n’arrivera jamais rassures toi.

Parce que vous avez été nombreux à les adorer …

UN JOUEUR CHIANT : J’ai toujours trouvé tes parodies nulles à chier, et ça ne changera pas.

Ils sont retours …

JEUNE PLOUC : Hein ?

Revivez à nouveau les aventures du seigneur Machalow et de son jeune plouc de servant …

JEUNE PLOUC : Maître, je doute qu’elle ne fasse pas de bonnes choses à ce poste.

SEIGNEUR MACHALOW : Sadique comme elle est, elle risque de détourner habilement des fonds pour ses propres intérêts.

A travers une Champagne déchirée …

CACA : Y a plus d’flouzzz, qu’y puis-je ?

Un rassemblement sportif …

SEIGNEUR MACHALOW : Bien entendu. Tu as vaincu mon coéquipier Angebrisèle, et je compte bien le venger. Que le meilleur gagne.

Des souvenirs du passé …

MANU95 : C’est dingue comme on s’intègre vite dans cette ville. J’crois bien que je vais rester, c’est vraiment sympa ici. Bon je vais aller arroser le verger.

Mais rencontrez aussi de vieilles connaissances, telle qu’une duchesse sanguinaire …

DUCHESSE GWOMENKHSASPRONOZ : (en colère) Un stupide animal et encore on ne sait pas lequel !!!! Vous croyez vraiment que je vais me contenter de ce petit machin inutile pour soulager ma soif de sang ???

Mais découvrez aussi de nouveau (anti)héros, comme une petite fille trop intelligente …

ASTRALE LA ROUGEOLE : Maire à 12 ans ? C’est pas un peu trop vieux pour briguer un mandat municipal ?

Une normande aventurière …

CAP. ALI’ TZARINE : Bien ! Il est de coutume de demander la permission d’accostage, si nous ne voulons pas finir par les fonds à coup de canons.

Et bien d’autres encore …

Et ô grande nouveauté, un clin d’œil à une célébrité du 21ème siècle(non pas Stéphane Bern, bien qu'il aie beaucoup insisté), qui voyagera à l’occasion dans le passé, pour rendre visite à nos irrésistibles amis …

Dans : Les Royaumes Redondant III

Rendez vous donc demain, sur la Gargote ou au château de Reims, afin de découvrir ce troisième volet de l’histoire, d’une parodie qui se joue d’un jeu qui imite l’histoire.


Dernière édition par Manu95 le Lun 8 Nov - 20:36, édité 2 fois
avatar
Manu95
Fantome officiel du Domaine
Nombre de messages : 325
Localisation : Troyes
Date d'inscription : 28/09/2007

Re: [PARODIE]Les royaumes redondants III

le Dim 7 Nov - 22:50
Les royaumes redondants III
Redonderies


Introduction

Page 15 [Au nord des murs de Compiègne]

C’est la guerre. L’Artois, dirigée par Yeux creux, un membre des « Bêtises de Cambrai », et la Champagne, dirigée par la duchesse Ziva, se livre une bataille sans merci. C’est en cette période noire que l’armée Avaltout, dirigée par la duchesse Gwomenkhsaspronoz, garde les frontières champenoises, au nord de la célèbre ville de Compiègne, en coopération avec l’armée du 51 de la princesse Amora. C’est alors, en ces moments d’extrêmes tensions qu’une sorte de masse sanguilonante reliée par une sorte de cordelette à une petite forme de vie primitive, similaire à un bébé miniature, arrive d’Artois.

CAPORAL : Duchesse du fromage de Brie, on vient.

DUCHESSE GWOMENKHSASPRONOZ : (sourire sadique) Parfait !!! Nous allons enfin faire couler la sang d’une pauvre bougresse, en lui tranchant une à une les membres et la langue, en lui retirant lentement ses trippes de sa corps écorché vive, et s’abreuver de sa sang en ripaillant autour des restes de sa charogne encore chaude. Et vous me laisserez la cœur, en dessert. C’est ce que j’aime la plus.

CAPORAL : (au bord de la nausée) On vous le laissera, soyez en sur duchesse du fromage de Brie.

DUCHESSE GWOMENKHSASPRONOZ : (satisfait) Déployez ma bannière !!!!

CAPORAL : Celle qui dit « Ici ce n’est pas meetic. Boulets, s’abstenir » ?

DUCHESSE GWOMENKHSASPRONOZ : Je n’en ai point d’autres de moins ridicules. C’est soit celle la, soit celle d’une réclame vantant les mérites d’une marque d’une camembert.

CAPORAL : Bien. Bannière déployée !!!

DUCHESSE GWOMENKHSASPRONOZ : Soldats !!! Soyez prêtes !!!! A ma commandement !!!!

SOLDAT 1 : (murmure à son voisin) Prêtes ? La duchesse ne nous prend pas pour des tantes par hasard ?

SOLDAT 2 : (murmure) Non, elle à toujours l’habitude d’accorder tous ses mots au féminin. C’est son jargon.

SOLDAT 1 : (dépité) … super …


DUCHESSE GWOMENKHSASPRONOZ : (les yeux rond) Qu’est ce donc ?

CAPORAL : (surpris) Je ne sais pas. On dirait une sorte de mollusque invertébrée, ou un rampant.

DUCHESSE GWOMENKHSASPRONOZ : (en colère) Un stupide animal et encore on ne sait pas lequel !!!! Vous croyez vraiment que je vais me contenter de ce petit machin inutile pour soulager ma soif de sang ???

CAPORAL : Hélas il n’y a que ça. Que faisons-nous alors, duchesse du fromage de Brie ?

DUCHESSE GWOMENKHSASPRONOZ : Le connétable nous à dit, de massacrer tout ce qui ne portait pas de laisser passer, hommes, femmes, enfants, vaches, chiens, chats, poissons, piafs, insectes, arbres, fleurs … Tout !!! Vous m’entendez ??? Tout !!!!!! Alors que l’on me transperce cette chose immonde de mille et une épées. Que le sang coule à flot et que la chair gicle à souhait !!!

CAPORAL : A vos ordres duchesse du fromage de Brie !!!!

Devant la violence de cette scène, nous préférons vous passer cet interlude musical :

Parrrtiiiir un jouuuuuur !!! Sans retouuuur !!! Effaceeeeeeer !!!! Notre amouuuuur !!!!….

Devant la violence atroce de cet interlude musical, nous préférons de suite revenir au cour de notre histoire.

CAPORAL : Que fait-on des restes duchesse du fromage de Brie ?

DUCHESSE GWOMENKHSASPRONOZ : (s’essuyant le sang restant sur le coin de sa bouche) Elles sont en état d’arrestation. Empaquetez-les, et envoyez-les aux douanes de Compiègne. Elles sauront quoi faire la bas. Nous, ça ne nous concerne plus.

CAPORAL : Vous avez laissé le cœur ?

DUCHESSE GWOMENKHSASPRONOZ : (méprisant) Trop petit …

Générique de début, la présentation quoi… pour vous dire de quoi il s’agit, alors faut être attentif… si si assurément.

An de grâce 1452. La guerre de 100 ans vit ses dernières années. Charles VII le victorieux, sur le trône du royaume de France, touche à l’apogée de sa puissance. Il a enchainé reconquête sur reconquête et a repris bon nombre de territoire français comme le Maine la Normandie, et une partie du sud ouest. Toutefois, Une expédition conduite par Talbot, anglais, reprend Bordeaux avec l'aide de la population en octobre 1452. Mais un évènement va perturber de façon irrémédiable la cour de l’histoire. Un coup d’état, minutieusement préparé, que les historiens se porteraient à croire œuvre de sorcellerie, détrône Charles VII, qui se retrouve exécuté sans aucune forme de procès, avec l’ensemble de ses vassaux. C’est ainsi que Lavon Ier monte sur le trône, fait exterminer toutes la population de son nouveau royaume, afin d’y installer son peuple. Une nouvelle aire vient de démarrer. Une aire ou le maïs apparaît pouf pouf comme du pop corn (oui je sais c’est bidon). L’aire des Royaumes redondants …

UN JOUEUR CHIANT : Jusqu’ ici j’avais cru que tu avais enfinchangé ton intro, mais non.

MANUEL : …

UN JOUEUR CHIANT : Bon tu as fait quelques rajouts et encore c’est un peu un sketch que tu as repris des royaumes redondants, ça casse rien quoi. Pas de nouveau perso, de nouvelles scènes. Bref que du vieux rasant et barbant.

MANUEL : Le jour ou les royaumes redondants te plairont, le seigneur Machalow sera diplomate.

UN JOUEUR CHIANT : Ca n’arrivera jamais rassures toi. J’ai toujours trouvé tes parodies nulles à chier, et ça ne changera pas.

MANUEL : Ce qui m’étonne le plus, c’est de constater que tu les suives avec toujours autant d’assiduité.

UN JOUEUR CHIANT : Faut bien que quelqu’un aie un regard critique.

MANUEL : Faut surtout que tu assouvisses ton besoin de faire chier ton monde. Tu ressembles à un personnage champenois pour le coup.

UN JOUEUR CHIANT : …


C’est ainsi que se poursuit l’histoire, d’une parodie qui se joue d’un jeu qui imite l’histoire …


Tome XV : [RP] Précoce, très précoce


Page5 [au pied d’un arbre tordu et rachitique, qui ressemble de loin à un chêne malade]

C’est sous ce truc en bois mort, que le conseil ducal, composé de 12 membres dont 5 dormeurs un absent, 2 comateux, un bisounours et 3 hystériques, écoute et répond aux inquiétudes du peuple.

CACA : Y a plus d’flouzzz, qu’y puis-je ? C’pas ma faute si on s’est fait piller le château quand même ? Et vous me réclamez un plan de redressement économique ? A par les impôts j’vois pas d’solutions.

Une petite fille de 5 ans s’approche alors du CACA (Commissaire Aux Commerces Analphabète).

ASTRALE LA ROUGEOLE : Messire le CACA, désolé de solliciter votre attention sur la petite fille que ze suis, mais z’ai grand envie d’étayer une théorie, certes un peu simpliste, mais qui me semble plus approprié à la situation financière actuelle. Hormis les impôts, nous avons en Sampagne d’autres moyens d’augmenter notre frêle trésorerie, et cela peut passer par l’exportation de nos productions, après avoir fait une recherche poussée sur les besoins de nos voisins. Nous pouvons aussi solliciter l’œuvre bénévole des sampenois. Par exemple, ze produit en ce moment de la farine pour la revendre sur les marcés à prix réduits pour les plus démunis, par sarritée. C’est aussi pour soulager les couts en dépense que nous surveillons et gardons bénévolement les portes de la ville par un système de roulement. Ze doit faire ma ronde ce soir d’ailleurs. Sinon encore, le RMI, quel gouffre financier que de donner aux pauvres un RMI qui ponctionne avidement nos faibles caisses, alors que travailler à l’église, est tout aussi rémunérateur, et soutien une bonne cause. Une campagne d’information encourazant à préférer l’église au RMI serait des plus judicieuses en ce moment. Le souci en Sampagne, c’est que sans exportation, la surproduction nous gangrène l’économie, et beaucoup de paysans et éleveurs vendent à perte. On observe un phénomène de déflation de nos produits régionaux. Ze le ressens d’ailleurs personnellement par ma grande difficulté à vendre mes terres agricoles, même à prix cassé, personne ne souhaite acquérir des samps, au vu de leur faible rentabilité et de leur cout fiscaux. Et qui dit moins de samps et moins de rentabilité, dit moins d’offre d’emplois. La boucle se referme. Bref, voici ma vision certes maladroite mais innocente, d’une petite fille qui va bientôt fêter ses 6 printemps. Puisse Aristote protézer notre champagne.

CACA : …

ASTRALE LA ROUGEOLE : Tu ne dis plus rien ?

CACA : Tu as 5 ans et tu gères des champs, parles économie, fabriques de la farine, et travailles pour la maréchaussée ?

ASTRALE LA ROUGEOLE : Ben ouai et alors, ou est le problème ?

SEIGNEUR MACHALOW : (ricanant) Manque plus qu’elle sache lire.

ASTRALE LA ROUGEOLE : Ze donne parfois des cours de grec à l’université, et ze suis en train de rédizer un ouvrage intituler : « Entre les lignes du codex ». Il sortira bientôt aux éditions « Ray mon bar ».

SEIGNEUR MACHALOW : (choqué) …

JEUNE PLOUC : Maître, voyez, finalement, vous n’êtes pas si strict que cela avec vos enfants. Vous n’avez jamais obligé vos filles à travailler dans les champs, gérer vos terres, forger vos épées, et garder vos murs. Cette petite fille est une esclave, cela se vois. Vous, vous n’avez au pire, juste que vendu votre ainé à un bourguignon.

SEIGNEUR MACHALOW : Ma plus belle affaire. Elle doit être en train de le torturer à l’heure qu’il est.

JEUNE PLOUC : Isaurus Rex, est une vraie terreur. A 4 ans souvenez-vous, elle a repoussé une invasion artésienne dans la grande armée de la duchesse du Fromage de Brie.

SEIGNEUR MACHALOW : Oui, j’ai d’ailleurs entendu dire qu’ils prévoyaient de lui faire obtenir le poste de maire, à ses 12 ans.

JEUNE PLOUC : Maître, je doute qu’elle ne fasse pas de bonnes choses à ce poste.

SEIGNEUR MACHALOW : Sadique comme elle est, elle risque de détourner habilement des fonds pour ses propres intérêts.

JEUNE PLOUC : Le temps nous le dira.

ASTRALE LA ROUGEOLE : Maire à 12 ans ? C’est pas un peu trop vieux pour briguer un mandat municipal ?

SEIGNEUR MACHALOW : …

Tome XVIII : [RP] Sportivement vôtre

Page3 [Sur un terrain de soule, la finale du grand festival de la couronne dentaire]


CHONIQUEUR : Très bien, maintenant après la prestation à l’épée de la duchesse Ziva de Chouigny et de la duchesse Malteseres de Bruyère, passons maintenant à la finale de soule. Nelson êtes vous avec nous ?

NELSON ROCKFORT : Yes Patrick je disais, oui Patrick. C’est, c’est, c’est absolument fabuleux, ce qui se passe actuellement dans les tribunes, is it absoluty fabulous in the tribune. Il faut voir co-co-co-comment les supporters en rute chantent et boivent pour encourager leur équipe favorite, this is a full drinking supporters.

CHONIQUEUR : J’entends bien Nelson, mais le match, comment se déroule t’il ?

NELSON ROCKFORT : Yes Patrick je disais, oui Patrick C'est sous ce magnifique soleil, the beautifull sun, que les joueurs des deux équipent se déchirent la gu****, se défoncent la tronche et s’explosent le coxis, this is a f***ing match, à coup de mandales, de tornioles, de coups de pieds, et bien sur de coups de boules quand il s’agit d’un numéro 10, the nomber of sir Zizou if you remember, si vous vous souvenez. Ohhh et je vois le numéro 5 des bleus qui prend la soule et cours vers le but adverse, mais il se retrouve intercepté et submergé pour ne pas dire écrasé par un amas de 11 adversaires. Imaginez onze bœufs en rute complètement survoltés, tentant d’arracher des petites menottes du pauvre numéro 5, la soule, dans des positions très singulière, in an éroticals positions … et …. HOLALALALA ! Ho ce n'est pas possible ! Pas possible ça !

CHONIQUEUR : Que se passe-t-il Nelson ?

NELSON ROCKFORT : This is incredible Patrick, voila que notre jeune et frêle numéro 5 se relève, et s’extirpe avec toute la grasse du mollusque avant de reprendre sa courrrrrse effrénée vers le but adverse. Mais co-co-comment fait-il pour jouer avec tant d’aisance, tant de dextérité, et avec une si incroyable résistance ?

UN SPECTATEUR : … La drogue petit …

NELSON ROCKFORT : …

NELSON ROCKFORT : Yes Patrick je disais, oui Patrick comme le disait in English ce supporter enthousiaste, c’est la toute la beauté du sport, l’esprit de combativité, this is the magic sport, the rushing fight, et … HOLALALALALA ! Quel malheur ! Mon dieu c'est horrible !

CHONIQUEUR : Qu’y a t’il encore Nelson ?

NELSON ROCKFORT : Quel malheur !!! Le numéro 5 vient de s’écrouler sur le terrain, apparemment victime d’une effroyable crise cardiaque, à moins qu’il ne soit mort brutalement de vieillesse, je rappelle qu’un sportif a une espérance de vie de 35 ans, au delà il devient une légende, et je pense que le conseil ducal va une fois de plus démentir l’usage de produits dopants sur ses athlètes, ces langues de p*** la …

CHONIQUEUR : Heu Nelson ?

NELSON ROCKFORT : Hem … Yes Patrick can you hear me ?

CHONIQUEUR : Oui oui Nelson.

NELSON ROCKFORT : Yes Patric je disais, oui Patrick suite à cette regrettable blessure, les rouges ont reprit la soule en main, they are take the pig vessie in her hands, et reconquièrent le terrain avec tout la force et la brutalité qui fait la beauté de se sport, massacrant un par un leurs adversaires, le sang gicle, la chair s’étale, la cervelle vole, this is a real buch rie. Et c’est le buuuuuuuuuttttttt !!!!!!! But du numéro 18, magnifique but, this is un beautiful victory !!! Ohhhh comme c’est bon Patrick … je me sens plus pisser, j’ai le bout qui se t…

CHONIQUEUR : (choqué) Heu Nelson ?

NELSON ROCKFORT : …. (reprenant son calme) Yes Patrick je disais, oui Patrick, c’est sur ce match band…. heu merveilleux que je rends l’antenne, et bientôt autre chose *couic*

CHONIQUEUR : (prenant un air innocent) Je crois que nous avons perdu Nelson


Page 4 [sur le stand des archers du grand festival de la couronne dentaire]


VICOMTE ASTERICUS : Seigneur Machalow c’est un plaisir de vous affronter en cette demi-finale. J’espère que cela est réciproque.

SEIGNEUR MACHALOW : Bien entendu. Tu as vaincu mon coéquipier Angebrisèle, et je compte bien le venger. Que le meilleur gagne.

VICOMTE ASTERICUS : Oui mais avant, observons l’autre demi finale, elle promet d’être intéressante.

Trois jours se passent durant lesquels les archers décochent chacun une volé de 6 flèches. Puis un beau matin.

GAMINE ODIEUSE : Tenez m’sieur. C’est la cible d’Ali’tsarine.

ARBITRE : Merci petite.

Plus tard

ARBITRE : En raison d’une falsification de screen, l’archère Ali’tsarine est éliminée du concours.

GAMINE ODIEUSE : Hihihi !

ALI’TSARINE : Quoi ???

SEIGNEUR MACHALOW : Screen ? J’ai déjà entendu parler de ça, mais ou ??? J’y comprends rien, comment peut-on tricher sur ses flèches, elle à tirer ses flèches se plantent dans la cible et vous vérifiez non ? D’autant que vous aviez mis trois jours à vérifier …

GAMINE ODIEUSE : Mouahahahahahahahaha !!!!!!! C’était une blague une blague hihihi ! J’ai modifié les screens pour embêter Ali ! Hihihi ! C’est drôle non ?

ALI’TSARINE : Très marrant… pff comment tourner cela en RP ? Bon on va dire que tu as apporté la lice à l’arbitre et que tu as dessiné dessus, ou alors non, que tu l’as échangé avec une autre … une autre moins forte évidement.

SEIGNEUR MACHALOW : J’ai rien compris.

JEUNE PLOUC : Moi j’ai tout compris maître.

SEIGNEUR MACHALOW : Tsss … espèce d’intello.

ARBITRE : Faites ce que vous voulez, vous êtes éliminé de toute façon.

GAMINE ODIEUSE : Grâce à moi hihihihi

MAYEULE : (en larme) Manu, heu pourquoi tu te moques et tu diabolises comme ça des enfants dans ta parodie ? La petite aux cibles, astrale la rougeole, Isaurus Rex. Tu vas continuer jusqu’à quand ?

MANUEL : * Mayeule ? Heu … j’arrête promis … mais que fait tu la ? Tu t’es trompé de parodie. Retourne d‘ou tu viens ma pitchounette.



Tome XVIII : [RP] Souvenirs

Page 18 [Sur les chemins près d’Argonne]

JEUNE PLOUC : Tien qu’est ce donc ?

SEIGNEUR MACHALOW : Une sorte de vieille étable puante. Hors de question d’y faire halte.

JEUNE PLOUC : Il y a du monde à l’intérieur.

SEIGNEUR MACHALOW : Sans doute une orgie de bouseux, complètement imbibés de vinasse, qui se cachent des yeux du monde pour cuver tranquillement leur déchéance.

JEUNE PLOUC : Il y a une pancarte à l’entrée … (lisant tout haut) « la grange des jus ».

SEIGNEUR MACHALOW : C’est bien ce que je disais, des jus. C'est clair qu'ils doivent en boire du jus.

JEUNE PLOUC : C’est peut être une réunion sectaire entre hérétiques ?

SEIGNEUR MACHALOW : Je ne veux même pas savoir ce qu’ils font dans ce taudis. Passons notre chemin jeune plouc.

JEUNE PLOUC : Peut être refont-ils la Champagne. J’ai entendu une rumeur sur le fait que des argonautes se regrouperaient pour parler de la duchesse de Sainte-Menehould Maltesers.

SEIGNEUR MACHALOW : Ignorants qu’ils sont, Sainte-Menehould n’est point un duché.

JEUNE PLOUC : Je le sais maître, sa grâce Maltesers est duchesse de Bruyère.

SEIGNEUR MACHALOW : Sa grasse, sa grasse. A croire que tous les ducs et duchesses ne sont que des obèses. Quelle appellation humiliante.

JEUNE PLOUC : …

SEIGNEUR MACHALOW : Bon avançons, nous avons encore du chemin à faire.

JEUNE PLOUC : Oui seigneur Machalow

Plus tard, la nuit tombée, autour d’un feu de bois.

SEIGNEUR MACHALOW : Je pense qu’ici nous serons bien pour passer la nuit.

JEUNE PLOUC : Maître ! Pardonnez mon indiscrétion, mais souvent vous dites que la Champagne n’est plus ce qu’elle était, cela veux dire que c’était mieux avant ?

SEIGNEUR MACHALOW : En effet, beaucoup mieux.

JEUNE PLOUC : Jeune, étiez-vous moins abrutis ?

SEIGNEUR MACHALOW : (rugissant) Comment ?

JEUNE PLOUC : (bégayant) Je … je … en faite … je ne connais pas votre passé, je serais heureux que vous me contiez votre enfance.

SEIGNEUR MACHALOW : Bon et bien allons-y Freud.

JEUNE PLOUC : Hein ?

SEIGNEUR MACHALOW : Heu rien rien. Ouvre grand tes oreilles à présent.

Une vague de flou recouvre la scène avant de passer à une autre scène, ou cette fois les sons bruits et voix ont comme une sorte d’écho de résonance. Bref vous l’avez compris, c’est un effet optique et sonore pour dire que l’on retourne dans un passé, dans un souvenir. Et ce souvenir est dans une taverne langroise.

MANU95 : Bonjour, je viens d’arriver en ville. Je n’ai pas de passé, pas d’enfance vu que je viens de naitre il y a trois jours.

LIA : Ha, heu, bon. Il faudra sans doute que tu t’écrives quand même une histoire RP sur ton existence avant ta naissance IG, sinon ça le fera pas.

MANU95 : RP ? IG ?

LIA : Oui, je vais pas te détailler tout, tu comprendras vite en temps voulu. Bon en guise de bienvenue, je t’offre un verre de bière.

MANU95 : Merci

LIA : Ensuite, je vais t’aider à démarrer ici. Pour manger tu peux acheter du pain, du mais, mais aussi de la viande qui te donne des points de force, du lait pour des points d’intelligence ou des fruits ou légumes pour des points de charisme. Pour gagner de l’argent, tu peux travailler à la mine, dans un champ si tu vois des offres d’emplois à des points de caractéristiques égaux ou inferieurs à la valeur de ceux que tu possèdes. Tu peux aussi cueillir des fruits au verger, mais pour en avoir plus, il te faut une échelle. Par exemple, avec une grande échelle, il n’est pas rare de cueillir 2 fruits et quart par jour. Enfin tu peux travailler à l’église. C’est mal payer mais tu gagneras des points de réputation, idéal pour monter au niveau supérieur, j’entends la classe sociale pour le niveau supérieur, et non un étage d’ascenseur. Ah et tu peux mendier, mais tu perds en réputation.

MANU95 : … J’ai rien compris.

LIA : (dépité) Ben en clair, tu bouffes, tu bosses, et tu gagnes des sous. C’est clair ?

MANU95 : Très clair la.

DEVINE : Brave homme, que diriez-vous de vous enticher avec moi, et sans doute d’avoir des petits enfants par la suite ?

MANU95 : Vous êtes des plus ravissantes, et même si je ne vous connais pas, que je ne connais rien de votre vie, et que cela semble réciproque, j’accepte aveuglément cette proposition. Me voila sous le charme.

GWOMENKHSASPRONOZ : Pour ma part j’aurais une proposition à vous faire. Elle se trouve qu’elle n’y as pas de lieutenant de la prévôté, seriez vous intéressé par cette fonction ?

MANU95 : Combien cela est rémunéré ?

GWOMENKHSASPRONOZ : Pas une radis.

MANU95 : J’accepte quand même. C’est pas payé, c’est du travail, et j’y connais rien du tout à ces fonctions, mais au moins je pourrais me la pèter avec l’uniforme.

GWOMENKHSASPRONOZ : Félicitation lieutenant. Vous êtes engagée.

MANU95 : C’est dingue comme on s’intègre vite dans cette ville. J’crois bien que je vais rester, c’est vraiment sympa ici. Bon je vais aller arroser le verger.

DEVINE : Arroser le verger ?

LIA : En clair il va pisser.

DEVINE : (conquise) Ahhh !!! Comme cela est dit avec tant de romantisme !

A nouveau une vague de flou recouvre la scène avant de repasser (pas au fer) à la scène précédente. Pour les attardés qui ne suivent pas, cela veux dire qu’on revient au présent, au feu de camps.

SEIGNEUR MACHALOW : (dans un soupir) Ahhhhh c’était le bon temps.

JEUNE PLOUC : J’imagine.

SEIGNEUR MACHALOW : Mais cette Devine m’a laisser tomber comme une merde, pour un militaire bourguignon.

JEUNE PLOUC : C’est pour cela maître que vous n’aimez pas les bourguignons ?

SEIGNEUR MACHALOW : Entre autre. Mais une autre raison aussi. Les bourguignons ont prit Devine, mais ils ont aussi tenté de prendre Langres tout entier. J’en suis certain.

JEUNE PLOUC : (choqué) Toute la bourgogne est passée sur cette Devine, et vous dites qu’ils voulaient se taper tout Langres aussi ? Quels obsédés !!!

SEIGNEUR MACHALOW : Sombre crétin ! C’est juste un bourguignon qui m’a pris Devine ! Et la bourgogne complotait pour faire de Langres son territoire, tout simplement ! Tu es un tordu jeune abrutis.

JEUNE PLOUC : (honteux) Mes excuses … et comment se nommais le bourguignon qui vous à pris votre amour ?

SEIGNEUR MACHALOW : (grognant entre ses dents) Michel Gérard Joseph Colucci

Livre de poche : [RP] Bonus de dernière minute : Un sucreur tête en l’air

Débats sur une liste Ducale

Un homme habillé de noir, lunettes de soleil noires, ganté de noir, avec un masque noir, et une culotte Batman noire, s’approche d’un rassemblement politique, puisqu’il s’agit d’une campagne electorale.

JEUNE PLOUC : (voyant l’homme) Wahou ! Qu’est ce donc ???,

SEIGNEUR MACHALOW : Je n’ai jamais vu un gars avec un tel accoutrement. Un païen à coup sur. Je pense qu’il va très vite terminer sur un bucher celui la.

L’homme désigné, toujours vêtu de noir, prend la parole. A remarquer qu’il porte des chaussettes Oui-Oui, et une montre bracelet Dora l’exploratrice.

SUCREUR : Honte à vous, la noblesse de Champagne, d’affamer le peuple et de le laisser mourir de faim !!!! A quand une liste tenue par le peuple et pour le peuple ? Un conseil ducal tenu par le peuple, et fait pour le peuple ?

SEIGNEUR MACHALOW : …

JEUNE PLOUC : vous avez vu maître ? Il à parler.

SEIGNEUR MACHALOW : Certes. Mais il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Un truc qui cloche. Il est bien étrange de type.

JEUNE PLOUC : Un Bourguignon ?

SUCREUR : Et prudence champenois, car il est félon de mélanger le HRP et le RP. Si cela continue, vous risquer de voir votre topique verrouillé.

JEUNE PLOUC : ???

SEIGNEUR MACHALOW : ???

ANGEBRISELE : Quel est ce jargon étrange ?

UN JOUEUR CHIANT : Ôte moi d’un doute, c’est n’est tout de même pas un …

MANUEL : Et si ! C’est un des sucreurs, les gardiens du bon déroulement du jeu dans les gargotes et halles.

UN JOUEUR CHIANT : Je rêve ou tu as clairement et ouvertement parodié un sucreur ?

MANUEL : Je m’excuse, mais c’et tiré d’un fait réel. Un sucreur qui a fait du RP sous son compte HRP sucreur.

UN JOUEUR CHIANT : Ca t’arrive jamais d’être tête en l’air toi ? Môsieur est trop parfait, j’imagine ?

MANUEL : Si, ça m’arrive. Je ne blâme personne, mais j’ai trouvé amusant de m’en inspirer. Et puis cela fait deux fois que les sucreurs me sucrent provisoirement un topic des royaumes redondant, alors je leur devais bien un petit clin d’œil non ? En toute amitié bien entendu.



Tome XX : [RP] Navigation

Page 7 : [au port de Rouen]

SECOND : Vous êtes vraiment sure de vous, capitaine Ali’tsarine ?

CAP. ALI’ TZARINE : Bien entendu, pourquoi ?

SECOND : Et bien, on dit un mauvais marcheur, alors vous pensez qu’avec un nom pareil, je suis en droit de m’inquiéter.

CAP. ALI’ TZARINE : Justement, il ne va pas sur terre ferme, mais sur l’eau crétin ! Il peut être un mauvais marcheur, j’en ai cure. Tant qu’il n’est pas un mauvais nageur, cela me convient.

SECOND : (pas rassuré du tout) Vous m’en voyez … rassuré.

CAP. ALI’ TZARINE : Bien, alors embarquons de suite.

SECOND : (au garde à vous) A vos ordres !

4 heures plus tard

Le navire vogue sur un fleuve dont on taira le nom, mais dont il est facile de deviner qu’il s’agisse de la Seine.

MATELOT : Honfleur en vue !!!!!

CAP. ALI’ TZARINE : Bien ! Il est de coutume de demander la permission d’accostage, si nous ne voulons pas finir par les fonds à coup de canons.

SECOND : Capitaine Ali’tsarine ! Capitaine Ali’tsarine ! Puis je le faire ? Allez !!! S’il vous plait !!! Capitaine Ali’tsarine !

CAP. ALI’ TZARINE : Bon, bon, si ça peut te faire plaisir.

SECOND : Merci !

Le second sort alors de son sac un radio émetteur et récepteur (32 point d’encombrements pour les curieux), dont la vue fait sortir des yeux rond d’étonnement au capitaine Ali’tsarine.

SECOND : Allo ! J’appelle tour de contrôle. Vous m’entendez ? Ici vol fluvial numéro 4856 en provenance de Rouen et à destination pour escale de Honfleur.

CAP. ALI’ TZARINE : … Je doute qu’ils répondent à tes pitreries. Déjà, c’est quoi ce machin ?

SECOND : Un émetteur récepteur, un moyen de communication.

CAP. ALI’ TZARINE : J’ai l’impression d’avoir 5 siècles de retard sur mon époque.

SECOND : Sans doute. Je reprends. Ici vol 4856 pour Honfleur, J’appelle tour de contrôle. Est ce que vous me recevez ?

CAP. ALI’ TZARINE : …

CHEF DE PORT : Ici tour … heu … Phare de contrôle de Honfleur, je vous reçois 5 sur 5 ! Que voulez vous navire 4856 ?

CAP. ALI’ TZARINE : (bouche bée) …

SECOND : Sommes à 2 miles à l’ouest, en approche finale de Honfleur, vitesse 16 nœud, altitude 0 pieds, suivant le cap 274. Demandons autorisation d’atterrir au plus vite.

CAP. ALI’ TZARINE : …

CHEF DE PORT : Vous avez autorisation d’accoster sur le quai numéro 2 du port d’Honfleur. Les paramètres météo sont : vent direction ouest nord ouest, vitesse 3 nœud. Ciel dégagé, température extérieure 21 C°.

CAP. ALI’ TZARINE : …

SECOND : Merci tour de contrôle. Pourriez vous aussi nous éclairer la piste ?

CHEF DE PORT : Impossible matelot. Le phare ne peut être éclairé pour vous guider.

SECOND : Pourquoi ça ? Vous n’avez pas encore découvert le feu ? Ou alors économie de bois ... bandes d’avares ?

CHEF DE PORT : Juste qu’on est un port de niveau 2. Donc pas d’éclairage codé à ce niveau la.

SECOND et CAP. ALI’ TZARINE : …


Page 9 : [en mer]

Dix jours plus tard, en pleine mer, enfin en plein océan plutôt, car nous sommes dans l’atlantique voyez-vous.

CAP. ALI’ TZARINE : J’en ai marre, de ce voyage interminable !!! Le vent qui ne change pas, et une équipe de bras cassés écervelés pour équipage !! Qu’ai-je fait à Aristote et au tout puissant pour mériter cela ??? Et pourquoi ne pas ramer d’ailleurs ?

SECOND : Ben capitaine, on n’a pas pris de rames avec nous. Et personne n’a d’évènements boulasse en ce moment. Et puis avec les 35 heures …

CAP. ALI’ TZARINE : (Hurlant en lui lançant sa longue vue sur la tête) Je t’en ficherai des 35 heures, feignasse de fonctionnaire ducal !!! Et d’abord, on est ou exactement ???

SECOND : (se frottant résigné la tête) Capitaine, vous devriez regarder la carte, ça pourrait au moins nous aider sur ce dernier point ?

CAP. ALI’ TZARINE : (vexé de n’y avoir pensé) Tu as raison. (dépliant la carte) Alors si mes calculs sont exacts, on devrait …. Quoi ??????? Qui à osé ???

SECOND : (étonné) Osé quoi capitaine ?

CAP. ALI’ TZARINE : Ecrire des chiffres sur la carte !!! De 1 à 9 sur chaque case !!!! C’est immonde et devenu illisible !!! Y a aucune logique la dedans !!!

MATELOT : (fier) Si, si, il y a une logique.

CAP. ALI’ TZARINE : (rugissant de colère) C’est toi qui à fait ça ?

MATELOT : (souriant) Oui.

CAP. ALI’ TZARINE : (regard de tueuse) Et qu’est ce donc ???

MATELOT : Un sudoku

CAP. ALI’ TZARINE : Un quoi ?

MATELOT : Un jeu de logique et de patience passionnant ou il faut remplir des lignes, des carrés, et des colonnes avec les 9 chiffres, sans en répéter un seul par ligne, colonne et carré de 9 cases. Et … je vois que ça vous passionne pas.

CAP. ALI’ TZARINE : (grinçant) Pas le moins du monde. Ce qui me passionne la, c’est de t’éclater la tronche sur la barre.

MATELOT : Comprenez capitaine, je me faisais chier sur ce rafiot. Alors quand j’ai vu cette grille, j’ai fait un sudoku.

CAP. ALI’ TZARINE : Pour ça que tu as bousillé une carte, grand c** !!! Tu seras privé de dessert pendant 4 jours.

MATELOT : Mais … capitaine !!!

CAP. ALI’ TZARINE : 8 jours

MATELOT : Heu … bien capitaine !!! Merci capitaine !!!

CAP. ALI’ TZARINE : Bon le vent change de direction, il est enfin en notre faveur. Je pense qu’il est temps de hissez les voiles.

SECOND : Impossible capitaine.

CAP. ALI’ TZARINE : Et pourquoi ça, simple et inutile second ?

SECOND : Cela nous mettrait en grand danger ! Nous essuyons une violente tempête en ce moment.

CAP. ALI’ TZARINE : Es-tu fou ? Je ne sens aucune bourrasques, aucun déchainement climatique, à peine un doux vent qui me caresse le visage.

SECOND : Ne me dites pas que …

CAP. ALI’ TZARINE : Que quoi, grand imbécile ?

SECOND : Que vous n’avez pas le cour d’astronomie à 100 % ?

CAP. ALI’ TZARINE : (sifflant entre ses dents) Et alors ?

SECOND : Et bien, voila pourquoi vous ne sentez pas la violence des vents qui manquent de nous retourner !!!

CAP. ALI’ TZARINE : Ca apporte cela les connaissances en astronomie ?

SECOND : En l’occurrence. Connaitre la force des vents, sur une échèle de 1 à 4, mais aussi cela vous donne la compétence de grimper sur le mat et de voir plus loin, d’une case il me semble.

CAP. ALI’ TZARINE : (surpris) Ah ? J’avoue que le lien est difficile à faire. Et pour les étoiles, et le soleil ? Cela nous aide à mieux comprendre les astres et à nous guider avec non ?

SECOND : Rien à voir. L’astronomie ici, permet de naviguer en connaissant mieux les vents et l’art de la grimpette, et non en observant et étudiant les astres voyons …. Hahaha !!! Se guider avec les étoiles, hahaha, c’est d’un ridicule.

CAP. ALI’ TZARINE : (lui donne un coup sur la tête) Silence insolent. Je prédis qu’un jour, nous en viendrons à cette science, qui sera sans doute la plus fiable pour se déplacer en mer … et qui sait, découvrir de nouvelles terres.

SECOND : (pas convaincu) Possible …


Page 12 : [en mer toujours]

MATELOT : Vaisseau ennemi à tribord !!!

CAP. ALI’ TZARINE : Mince, il est gros !!!

SECOND : Heuuu, un vaisseau ???

CAP. ALI’ TZARINE : Oui, pourquoi cette question ?

SECOND : Ben un vaisseau, c’est pour aller dans l’espace, non ? La ce que je vois c’est un bateau.

CAP. ALI’ TZARINE : Triple andouille ! On dit aussi vaisseau pour les bateau. Et la, crois moi, ce vaisseau de guerre va ne faire qu’une bouché de nous. Barre à bâbord !!!!!

SECOND : …

La manœuvre est fine, mais le résultat reste inchangé. Le terrible vaisseau de guerre déclenche une batterie de canons qui eu vite fait d’en finir. Pourtant tout ne se passe pas comme prévus. Malgré les tirs de canons incessants et le nombre innombrable de morceaux de bois qui volent, le mauvais marcheur ne sombre pas.

TERREUR_VERTE58634 : Raaaaahhhhh !!! Corne de bouc !!! C’est quoi encore tout cela ??? Pourquoi ce stupide rafiot ne coule donc pas, milles sabords ???

A nouveau sur le mauvais marcheur.

CAP. ALI’ TZARINE : J’y comprends rien. On à 0 point de dégâts, et pourtant on ne coule pas.

SECOND : 0 points de vie ? Heu ça veux dire quoi ça ?

CAP. ALI’ TZARINE : C’est trop compliquer pour toi, tu ne maîtrises pas l’ingénierie navale. Mais disons que c’est le niveau d’avarie du bateau, et, en l’occurrence, on devrait déjà avoir coulé.

SECOND : C’est plutôt une bonne chose alors ? On à résister à l’assaut ?

CAP. ALI’ TZARINE : Il faut croire. Pourtant, impossible de manœuvrer, on reste bloqué sur place. Non dois y avoir un bug. Et l’autre crétin qui nous tire dessus. (utilisant les mains en porte voix) Hooo !!! C’est bon !!! Calme toi, on est vaincu, mais on ne coule pas y a un bug !!! Alors calme ta joie ok !?

TERREUR_VERTE58634 : (répondant les mains en porte voix) Ok !!!!!

SECOND : Bon alors que faisons nous ?

CAP. ALI’ TZARINE : Je vais aller voir dans la soute si on n’a pas un petit dégât.

MATELOT : Inutile capitaine !!! J’ai déjà tout vérifié et réparer !!!

CAP. ALI’ TZARINE : Réparer ? Comment ça réparé ?

MATELOT : Oui ! Avec du chewing-gum.

CAP. ALI’ TZARINE : Qu’est ce donc que ce truc ?

MATELOT : Le chewing-gum ? C’est un produit élastique que l’on mâche, à base de résine de fruits et de fiente de porc.

CAP. ALI’ TZARINE : (une moue très dégouté) Beurk.

MATELOT : C’est très goûtu vous savez ? Mais ça peut servir à colmater les trous. En l’occurrence, j’ai arrêté une grosse fuite

CAP. ALI’ TZARINE : Ah ben c’est malin, c’est pour ça qu’on ne coule pas, et qu’on est coincé ici.

SECOND : Capitaine Ali’tsarine, vous préfèreriez couler et mourir ?

CAP. ALI’ TZARINE : (hurlant) Oui !!! Plutôt mourir que de rester éternellement dans ce navire de merde, avec pour seule vue un océan de merde, des nuages de merde, à pêcher et à bouffer des poissons de merde, avec un équipage de merde !!!

SECOND : (blasé) Heuuu merci pour le compliment. Pour la pèche, on ne peut pas.

CAP. ALI’ TZARINE : Comment ??? Pourquoi donc ???

SECOND : Pas codé…

CAP. ALI’ TZARINE : Meeeeeeeeeeeeeeeerde !!!!!!!!!!!!

SECOND : Sinon reste plus qu’une chose à faire.

CAP. ALI’ TZARINE : Quoi donc ?

SECOND : Prévenir un admin.

CAP. ALI’ TZARINE : Un admin ?

SECOND : Oui ! Les créateurs du jeu. Ils débloqueront ce bug, et nous pourrons mourir.

CAP. ALI’ TZARINE : Parfait …


[Crédits]

L’auteur tien à remercier pour avoir été sa source d’inspiration, parfois sans qu’ils ne le sachent :

La duchesse Gwenhywar dans le rôle de la duchesse Gwomenkhsaspronoz.

Jean Lesseau, dans le rôle du Jeune plouc.

Le seigneur Marchais dans le rôle du seigneur Machalow et de Manu95.

Les loups de Champagne, avec le caporal, le soldat1 et le soldat 2.

Le CAC de Champagne dans le rôle du CACA.

Astrid la rouge dans le rôle de Astrale la rougeole.

Nelson Monfort (il joue aux RR lui maintenant ?) dans le rôle de Nelson Rockfort.

Delvine, dans le rôle de Devine.

Léa29, dans le rôle de Lia.

Dame Alizarine dans le rôle de l’archère puis du capitaine Ali’tsarine.

Mais aussi tous ces personnages PNJ, dont j’ai dépassé hélas le quota autorisé fixé à 5
Chef de port
L’équipage d’un mauvais marcheur avec le second et le Matelot
Gamine odieuse
L’arbitre
Le chroniqueur du 6ème Grand festival de la couronne dans le rôle de … ben du Chroniqueur.
Le sucreur (enfin bon est ce vraiment un PNJ ? On va finir par tous s’y perdre et sombrer dans la schizophrénie à force de mélanger RP HRP et d’abuser du jeu des RR non ? Bon un Vallion et ça passera …. Mince un valium je voulais dire … fiou je crois que j’ai vraiment besoin de repos…)

Avec aussi notre bon et maintenant bien connu méchant brigand, enfin pirate à présent, mais toujours sanguinaire, sans lequel, le monde des RR serait une pensée 21ème siècle, et totalement peace and love.
Terreur_verte58634


UN JOUEUR CHIANT : Et moi ? Tu m’oublis.

MANUEL : Tien, t’es encore la toi ? J’y viens.



Des personnes ou personnages HRP des RR.
Joueur Chiant
Mayeule
Les censeurs du jeu (aller on va le dire, en fait c’est eux que j’ai nommé les sucreurs … qui n’avais pas compris ?), pour m’avoir verrouillé et déverrouillé une nouvelle fois. En m’excusant sincèrement d’avoir été pour eux une énigme délicate à résoudre, notamment en matière de balisage Wink

Et enfin certain personnages auquel j’ai fait allusion, qui animent l’histoire des RR.
Levan III
Les bourrins de Cambrai
Yeuxbleux
Armoria
Ansegisel
Isaure
La duchesse Maltéa de Brienne.
La duchesse Siva de Chiny
Coluche (l’ex général bourguignon pas le comédien)
Nos admins


Pour finir Merci à notre LJD Levan, pour ce magnifique jeu.



Dans un océan, après le tir de 5 185 426,3 boulets (de canons hein ? N’allez pas confondre, sont pas si nombreux les autres).

TERREUR_VERTE58634 : (se frottant les mains) Ahhhh enfin, il a coulé ce misérable rafiot. Par ma barbe, j’espère que le butin sera à la hauteur.

TERREUR_VERTE58634 : (hurlant) Quoi !!!!!! Ou est le butin ??? Logiquement il n’a que 2 % de chance de disparaître chaque jour et on est aujourd’hui. Alors ??? Je serais maudit ??? Hého !!!

ADMIN : Juste un codage pas encore terminé. Et puis la, on part en vacances alors tant pis. Et bon jeu.

TERREUR_VERTE58634 : Jeu de meeeeeeeeeeerdeeeee !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


FIN


* Mayeule est un personnage enfant du monde des « Loup galeux d’un tierce lieu » (parodie des loups garous de Thiercelieux) auquel je souhaitais rendre hommage dans le monde des royaumes redondants. Un hommage très faible, avec une éphémère apparition, je n’ai pas pu faire mieux. Après tout, un fossé d’un demi-millénaire sépare ces deux mondes. On peut retrouver Mayeule dans les « Loups galeux d’un tierce lieu 3, le vil âge » et dans le premier et second hors série de cette saga.


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum