Partagez
Aller en bas
avatar
Thomas d'Azayes
Chapelain
Nombre de messages : 305
Age : 36
Localisation : Reims, Rome ou Paris
Date d'inscription : 31/10/2008

Funérailles du Seigneur Marchais

le Lun 25 Avr - 12:02
Thomas avait quitté Reims où il avait beaucoup de travail en ce moment afin de se rendre à Montmirail. Cela faisait des temps immémoriaux qu'il n'avait pas remis les pieds sur ces terres. Il ne faisait que prendre des nouvelles via les acolytes laissés sur place et qui s'occupaient des offices dominicaux sur la paroisse ne son absence. Mais là, sa présence était requise.On enterrait le Seigneur Marchais, fidèle vassal de la Maison de Champmarin, et fidèle de l'Eglise Aristotélicienne et Romaine. C'était un paroissien de Langres, le premier diocèse de Thomas en Champagne. Aussi, cette cérémonie lui tenait à coeur.
A l'heure convenue, il se plaça, en tenue de cérémonie devant l'église et attendit que le cortège se présente...
avatar
Corneillie
Nombre de messages : 212
Date d'inscription : 15/04/2009

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Lun 25 Avr - 13:07
Arrivé les premier sur, place, mais sans doutes parce que parmi les premiers intéressés au vu de la filiale ou de la proximité qu’ils entretenaient avec le seigneur marchais, la première en étant la fille, le second son plus fidèle servants, Corneillie et jean, arrivent à hauteur de l’église Saint Martin. C’est bien deux visages fermés et tristes qui sortent du carrosse. Un voyage qui s’est passé dans un silence de mort, que Corneillie va rompre avant d’arriver en le lieu sacré.

CORNEILLIE : Jean, pourquoi mon père ne m’a-t-il jamais aimé ?

Elle à poser cette question direct, sans prendre de gants, et pourtant sans vouloir provoquer quoique ce soit. Juste avec une sorte de fatalité dans le cœur, comme si ce fait était indéniable. Des années à ne voir son pères que de façon éphémère et brutale, avec pour tout souvenir une éducation à la dur en sa présence, avec si peu de signe affectifs, avouez qu’il y a de quoi se poser des questions. Jean à vécu sans doute le même calvaire, en beaucoup plus fréquent puisqu’il ne quittait que rarement son maître … et pourtant ayant appris à le connaître mieux que personne sans doute, il sais que le seigneur marchais n’était pas un sans cœur.

JEAN : Corneillie, ton père t’aimait …. Je peux te le jurer … Mais il ne le montrait pas, c’est tout. Il n’a jamais été démonstratif …. Mais il se souciait pour toi. Et lorsqu’il nous à quitté, il m’a révélé l’amour qu’il te portait, et ce, avec une sincérité touchante, tu peu me croire.

Jean lui adresse un sourire qui se veux rassurant, Corneillie le lui renvoyas timidement avant de pousser un soupir.

Mais voila qu’ils arrivent à présent devant l’église Saint Martin, ou Tomas Bombadil, le cardinal évêque de Bethléem attend les fidèles.


JEAN : Bonjour votre éminence, Mademoiselle Corneillie et moi-même sommes arrivé pour les funérailles de notre regretté seigneur Marchais.

CORNEILLIE : (d’une toute petite voix) Bonjour

JEAN : Connaissez vous mademoiselle Corneillie ? Il s’agit de la fillotte du défunt seigneur Marchais.
avatar
Seb_Goku
Bailli
Nombre de messages : 417
Date d'inscription : 19/06/2007

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Mar 26 Avr - 21:13
Un grand homme de Champagne nous avait encore quitté ...
Ces funérailles avaient lieu aujourd'hui à Montmirail
tous les membres de la GM de Champmarin et nombres de Grands de Champagne allaient sans doute faire le déplacement.

Le Baron de Soissons se préparait sur ses terres avant de prendre la route
pour aller rendre un dernier hommage à cet ami qu'il connaissait si peu finalement .. trop peu
avatar
Oceade
Chanceliére
Nombre de messages : 435
Localisation : Entre terre et ciel.. peut être..
Date d'inscription : 26/06/2007

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Mer 27 Avr - 12:41
Les funérailles avaient lieu ce jour et Oceade se prépara pour s'y rendre. Elle connaissait bien peu Marchais mais savait qu'il avait toujours était fidéle et loyal envers Siva. C'est donc en compagnie de son époux qu'elle se rendit à Montmirail. La jeune femme aperçut son parrain et le chapelain, les salua tous les deux puis attendit que le reste de la GM arrive.
avatar
Thomas d'Azayes
Chapelain
Nombre de messages : 305
Age : 36
Localisation : Reims, Rome ou Paris
Date d'inscription : 31/10/2008

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Jeu 28 Avr - 7:32
Jean se présenta, accompagné de la petite Corneillie, fille du Seigneur Marchais que l'on enterrait aujourd'hui. L'archevêque salua le fidèle serviteur, et adressa un sourire à la jeune fille.

Oui, il me semble bien que nous nous sommes déjà vu il y a quelques temps de cela, non ? Sûrement à Langres.


Pour l'heure, il n'était pas temps de demander comment se portait la jeune fille, ou comment elle vivait la disparition de son père. Le Cardinal n'aurait pas le temps d'expliquer le concept de la mort dans l'Eglise Aristotélicienne à la jeune fille avant le début de la cérémonie. Mais au moins, elle ne pleurait pas, et ne semblait pas trop affectée.
Le baron de Soissons et la Duchesse de Carrouge arrivaient déjà, et Thomas les salua à leur tour. Le reste de la Maison ne devrait plus tarder, et la cérémonie allait commencer.
avatar
Petitsuisse
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 06/05/2010

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Jeu 28 Avr - 17:18
Thibaud était arrivé a la chapelle Saint-Martin au bras de sa femme. Il salua Thomas nouveau seigneur de Champgueffier et le baron de Soissons comme il se devait et salua la petite Corneillie qu'il avait eu le plaisir de rencontrer a Reims.
Il alla avec sa femme prendre place et attendit le début de la cérémonie.

avatar
Atalan
Capitaine de la garde
Nombre de messages : 204
Localisation : Conflans les sens
Date d'inscription : 17/02/2009

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Jeu 28 Avr - 19:34
Des Funérailles..Décidément ces derniers temps les annonces funèbres n'arretaient pas de pleuvoir..D'autant que les personnes partis pour un autre monde si ce n'est meilleur n'étaient pas n'importe qui bien au contraire. Trois grands de Champagne s'en étaient allés. Trois Grands qu'il avait eu l'honneur de connnaitre et en particulier un dont il avait le plus grand respect.Respect qui s'était transformé au fur et à mesure des rencontres et des aventures réciproques en amitié..Qui ne pouvait ne pas apprécier la mine certe dure mais surtout le personnage qu'était celui qu'il se plaisait à appeler Maréchal.

Délaissant ces obligations, il s'était rendu directement sur les terres de Marchais en Brie afin d'accompagner et honorer la mémoire de ce Grand Homme parti si subitement qui laisserait un grand vide pour nombre de personnes à commencer par sa fille Corneillie, déja présente sur les lieux au coté du fidèle servent de Marchais..
avatar
Corneillie
Nombre de messages : 212
Date d'inscription : 15/04/2009

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Jeu 28 Avr - 23:29

Oui, il me semble bien que nous nous sommes déjà vu il y a quelques temps de cela, non ? Sûrement à Langres.


D’une petite voix soupirante, elle répond.

Oui, à Langres

De cet homme, Corneillie s’en souvenait un peu. Un visage certes familier, Mais ses souvenir sont devenu de plus en plus imprécis au fils du long temps passé dans ce manoir de Marchais-en-Brie. Langres, ses habitants, elle se souvient d’images, d’impression … Clara et Wyn, qui l’ont adopté avant qu’elle ne le rencontre, son vrai père. Le médaillon qu’elle porte à son cou, le blason familial, qui à permis cette retrouvaille singulière. Une époque d’innocence, ou après le chagrin d’avoir perdu sa mère, elle à éprouver la joie d’avoir retrouvé son père. Le seigneur Marchais, grand, la voix sèche, forte et stricte … souvent en colère … Pourtant, des souvenir ressurgissent, quelques instants sur les épaules de ce père, ou main dans la main, à visiter le village, à parcourir les champs. Des soirs, ou à l’aube de son sommeil, la carrure de cet homme la protégeait des monstres ou des Leux. Quelques rires partagés, effacé par le temps et la mélancolie … son père à été parfois bon avec elle …. Parfois… doit elle s’accrocher à ces agréables souvenirs ??? Ou sur ceux plus difficile d’un père absent, brutal et terrifiant ? Langres l’agréable, ou Marchais-en-Brie, la mélancolique ?

Elle sort soudainement de ses pensées, avec la venue d’autres invités, vêtu du deuil. Elle y reconnaît un homme croisé à Reims, dont elle à oublier le nom, un couple de nobles sans aucun doute, et le capitaine Atalan qui l’a escorté il y à peu, et à qui elle gratifie un sourire triste.
avatar
Siva
Maitres des lieux
Nombre de messages : 1558
Date d'inscription : 19/06/2007
http://sivadechampmarin.forumsactifs.net

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Ven 29 Avr - 5:06
Depuis l'annonce,toutes les terres de la Mesnie portaient le deuil,en ayant mis en berne les oriflammes qui pendaient aux portes des villes.Montmirail n'y coupait pas.Le corps du defunt Seigneur avait ete amené au Castel quelques jours plus tot,et installé dans la petite chapelle de ce dernier,en attendant le jour de l'office.C'est la qu'il fut preparé par les bons soins de la Medicastre,Belphegore.
Jezabel avait passé bien des jours a preparer ce funeste jour,en compagnie du Chapelain,et de son amie,afin de s'assurer que le dernier hommage a son vassal soit digne de lui.

Le chariot qui portait le cercueil etait soigneusement fleuri,et decoré aux armes de Marchais en Brie.Devant et derriere,des gardes a pieds portant la livrée des suzerains etaient placés,et attendaient ces derniers.Devant eux,deux lads tenaient par la bride les montures seigneuriales,revetues pour l'occasion de leurs plus beaux atours.
En dignes funerailles du Marechal et chef de l'ost de la Mesnie,ceux ci avaient ete harnachés,et parés de leurs attributs de combats,fraichements cirés,et dont les elements metalliques brillaient au timide soleil du jour.
Le Duc etait arrivé juste plus tot,laissant a peine le temps au couple de se croiser.La Duchesse,elle,avait passé la nuit en priere,pres de son vassal a le veiller,et depuis l'aube,s'appretait.Elle paru bientot dans la grande cour,en tenue d'un blanc immaculée,couleur du deuil.Sa traditionnelle tenue d'armes,dont les protections de cuirs couvraient la blancheur du tissu sur certains endroits.Le plastron aux armes de la Dame couvraient ses formes,sans supplice,avec le climat encore doux du printemps.Les hautes bottes de cuir passerent dans les etriers de Vaillant,alors qu'elle se mettait en selle,le visage impassible.Sa cape aux couleurs de l'Hospital couvrait la croupe du destrier,dont le chanfrein etait masqué derriere le metal.
La lame de l'épée luisait a l'astre divin.Vaillant piaffa d'impatience et la main apaisante de sa maitresse le calma.Le Duc arriva bientot,et apres un bref echange de regard,il se mit en selle.Lui meme portait sa tenue d'armes.Le meilleur hommage qui soit pour enterrer un guerrier.

Le petit cortege s'ebranla alors pour prendre la direction du bourg.Le rythme etait lent,les visages graves.Sur les murs des maisons,de longues bandes de tissu blanches,ainsi que des fleurs avaient ete accrochées.On pouvait bientot voir arriver la petite troupe devant l'Eglise,menée par le Duc et son épouse,dont on distinguait les couronnes.Bientot le cortege solennelle s'arreta devant l'Eglise Saint Martin,ou se trouvaient quelques proches,ainsi que le Chapelain,entourés des montmiraillais venus a l'office.
Le Duc mit pied a terre le premier,suivi de son épouse,avant d'aller saluer le Chapelain,et les personnes presentes de facon solennelle,et silencieuse.
Jezabel,cependant,s'attarda sur la petite Corneillie,lui adressant un regard compatissant et posant une main sur son epaule,avant de penetrer dans l'eglise et de remonter l'allée,en compagnie d'Arman.
Ils pourraient enfin tous rentrer,afin que le cercueil entre a son tour et que la ceremonie commence.

C'est pour cette occasion que la Garde,ainsi que quelques soldats de la Mesnie se posterent sur le parvis,haast en main,afin de faire une haie d'honneur au cercueil de bois qui leur passerait devant.

_________________
aurelien87
Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 30/04/2011

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Mar 3 Mai - 10:54
Mgr Aurélien se rendit à Montmirail pour les funérailles du Seigneur de Marchais. Manu, le Seigneur de Marchais avait été un fidèle des fidèles de son père, et c'est par respect pour cet homme d'honneur que le Grand Aumonier se rendit à Montmirail. Il salua respectueusement les personnes présentes et alla s'asseoir dans la petite nef.
avatar
cedmisc
Prévost
Nombre de messages : 182
Localisation : Conflans-les-Sens
Date d'inscription : 10/03/2009

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Mar 3 Mai - 12:34
Cedmisc était venu rendre un dernier hommage au seigneur Marchais, un grand nom de plus qui disparaissait. Même s'il l'avait côtoyé à de nombreuses reprises dans le cadre des affaire la Grande Maison, il connaissait finalement peu l'homme qu'il avait été. Il se rappelait à cet instant la défense de Langres à ses côtés où ils avaient du subir l'assaut de brigands bien supérieur en nombre. L'ardeur au combat de Marchais avait contribué en grande partie à ce qu'ils restent en vie cette nuit là. Il y revoyait aussi ce voyage à Rouen en sa compagnie, sur son bateau, fier capitaine qu'il était.

Après avoir suivit le cortège, le désormais seigneur de Septmonts pénétra dans la nef. Il alla s'asseoir , repérant au passage les différentes personnes présentes, dont la jeune Corneillie, qu'il avait croisé à quelques reprises, et le fidèle Jean.
avatar
Thomas d'Azayes
Chapelain
Nombre de messages : 305
Age : 36
Localisation : Reims, Rome ou Paris
Date d'inscription : 31/10/2008

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Mar 3 Mai - 20:53
Le cortège arriva. La Grande Maison de Champmarin avait bien fait les choses, et le Seigneur Marchais le méritait amplement. Les gardes se placèrent sur le parvis de l'Eglise pour former une haie d'honneur, et Thomas s'écarta légèrement pour leur laisser la place. Il salua les invités, amis et parents qui se présentaient, dont Cedmisc, et le Grand Aumônier de France qu'il ne s'attendait pas à voir à Montmirail. Il salua également d'un signe de tête respectueux le Duc et la Duchesse.
Les invités allèrent rejoindre les bancs de l’Église, tandis que le cardinal attendait l'arrivée du cercueil.
Il fit un signe aux soldats portants la dépouille de Manu afin de leur signifier qu'ils n'avaient qu'à lui emboiter le pas, sans avoir à s'arrêter sur le parvis. C'est ainsi que Thomas fit son entrée, avançant d'un pas lent dans la travée centrale, suivi du cercueil. Thomas regagna l'autel, et alla s'installer derrière celui-ci, tandis que le cerceuil était placé sur des tréteaux recouverts d'un épais tissu blanc. Thomas prit une profonde inspiration. Ces cérémonies étaient toujours délicates, mais il fallait bien se lancer...


Chers fidèles, chers amis, nous voilà réunis afin de célébrer notre frère, et de l'accompagner vers la nouvelle vie qui l'attend. Mais avant cela, proclamons notre foi en récitant le credo.

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN
avatar
Siva
Maitres des lieux
Nombre de messages : 1558
Date d'inscription : 19/06/2007
http://sivadechampmarin.forumsactifs.net

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Mer 4 Mai - 10:14
La Duchesse avait salué en passant le Chapelain,s'arretant un tres court instant pour baiser l'anneau cardinalice,avant de reprendre sa marche pour remonter la nef,au bras de son époux.Alors que le cercueil remontait a son tour l'allée,precedé par le Cardinal,Jezabel remarqua la presence du Grand Aumonier de France,qu'elle salua d'une inclinaison de tete respectueuse,de par sa charge.
Ce jour,nul sentiment,si ce n'etait le recueil et la priere.Chose qui fut faite quand la voix de Thomas d'Azayes retenti dans la sainte batisse pour entamer le Credo,bientot suivi par le murmure de la Duchesse


Credo in Deum,
Altissimum Omnipotentem,
Creatorem caeli et terrae,
Inferos et paradisi,
Ultima hora animae judicem nostrae

Et in Aristotelem, prophetam,
Nicomaqui Phaetique filium,
Missum ut sapientiam et universi
Divas leges errantibus hominibus erudiret

Credo etiam in Christum,
Natum ex Maria et Ioseph,
Vitam dedit ut nobis paradisi viam monstraret
Sic, postquam sub Pontio passus est
Propter salutem
Nostram martyr perivit
Consecutus est Solem
Ubi Aristoteles ad Altissimi dexteram eum expectabat

Credo in Divinam Actionem,
Sanctam Ecclesiam aristotelicianam, romanam, unam et indivisibilem
Sanctorum communionem,
Peccatorum remissionem,
Vitam aeternam.

AMEN

_________________
aurelien87
Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 30/04/2011

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Mer 4 Mai - 23:44
Aurélien assista à l'arrivée du catafalque. Les regards en disaient long sur la surprise de le voir là. Mais c'était oublier qu'Aurélien avait au plus haut point, le respect des valeurs d'amitié et de fidélité que son père puis son oncle de Bearn lui avaient inculqué. Aussi bien feu le Seigneur de Montmiral, que le défunt Seigneur de Marchais avaient été parmi les amis proches de son père. Il rendit donc le salut de la tête à la Duchesse, puis se concentra sur la cérémonie.



Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN
avatar
Petitsuisse
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 06/05/2010

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Jeu 5 Mai - 0:41
Thibaud et Océade suivirent le cercueil et le cortège afin de de prendre place a l'intérieur de la nef.
Thomas entama la cérémonie par un credo que le duc récita également tête pieusement baissée.


Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Église Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Éternelle.

AMEN
avatar
Oceade
Chanceliére
Nombre de messages : 435
Localisation : Entre terre et ciel.. peut être..
Date d'inscription : 26/06/2007

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Jeu 5 Mai - 17:50
Etrange comme une cérémonie peut en rappeler une autre qui s'était passée bien des années auparavant. A cette époque lointaine Oceade se trouvait à la place de Corneillie, à regarder les gens venant rendre un dernier hommage à sa mére..
Aujourd'hui, la petite fille était devenue femme et c'est aux cotés de son époux qu'elle écoutait l'officiant.
Elle récita à son tour le Credo, baissant la tête et sentant la présence réconfortante de sa moitié :


Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Église Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Éternelle.

AMEN
avatar
Atalan
Capitaine de la garde
Nombre de messages : 204
Localisation : Conflans les sens
Date d'inscription : 17/02/2009

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Jeu 5 Mai - 19:08
Qu'il était dommage de devoir assister à pareilles cérémonies pour voir se rassembler une telle foule . Les enterements avaient ca de bien, c'est qu'au moins elles faisaient réagir les gens qui retrouvaient alors leurs humanité à travers ce masque de larmes qui arborait parfois les visages des personnes venus se recueillir.

LA petit église de Saint martin faisait bien malgré elle salle comble à l'entrée du cercueil dans lequel reposait le Maréchal. Lui qiu revait de parocourir les mers, voila qu'il était allongé tel un capitaine sur le sol de son navire se lézardant au soleil tout en regardant le ciel. Image presque vrai si ce n'est que dans le cas présent il ne rejoingnait pas un rivage inconnu mais c'est bien le Ciel qui l'avait accueilli.

C'est en choeur mais dans un murmure à peine audible que notre jeune capitaine récita le crédo lancé par Monseigneur Bombadil et repris par les personnes présentes dans l'église


Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Église Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Éternelle.

AMEN
avatar
Thomas d'Azayes
Chapelain
Nombre de messages : 305
Age : 36
Localisation : Reims, Rome ou Paris
Date d'inscription : 31/10/2008

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Lun 23 Mai - 20:16
Une fois le credo récité, la cérémonie pouvait se poursuivre. De nombreux fidèles s'étaient déplacés pour les funérailles de Marchais.

Mes Amis, le Seigneur Marchais nous a quitté. Mais, comme nous l'avons appris, la mort fait partie de la vie. C'est un des premiers messages que comprit l'humanité, bien avant l'édification de l'Eglise.

Thomas ouvrit son Livre des Vertus afin de lire un passage du Livre I :

4 Finalement, le jour vint où ils trouvèrent une vallée propice à leur établissement. Il s'y trouvait un lac, qui semblait foisonnant de poissons. De vastes espaces étaient propices à l’élevage et à la culture. Les forêts environnantes fourniraient du bois. Il y avait même un verger, où poussaient de nombreux arbres fruitiers. La vallée se trouvait au pied d’une montagne, d’où des minéraux, tels que de l’or, du fer ou du charbon, pouvaient être extraits.

5 Oane était ravi que sa quête soit enfin arrivée à son terme. Il admirait la plaine du regard lorsqu’il s’effondra. Tous s’attroupèrent autour de lui pour lui venir en aide. Quelques-uns tentaient de le maintenir dans une position presque assise, mais il était clair pour tous qu’il vivait ses derniers instants. Mais, malgré le tragique de l’événement, alors que tous étaient effarés, Oane arborait un sourire plein de sérénité.

6 Il dit: “N’ayez crainte, car ma mort n’est qu’un passage pour rejoindre Dieu. J’ai atteint la place que Dieu m’a réservée dans le monde et ai accompli ce qu’Il attendait de moi. La mort n’est pas pour moi la perte de la vie mais le passage vers une autre, bien meilleure. Il en sera de même pour vous si vous savez vivre dans la vertu. Alors, que vos larmes ne soient pas de tristesse mais de joie, car le Très Haut me fait le plus beau des cadeaux. Aimez Le et Il vous aimera. Adorez-Le et Il vous bénira. Vivez dans la vertu et Il vous accueillera à Ses côtés.”


Nous ne devons pas avoir peur de la mort, nous ne devons pas la craindre, car la mort, est finalement notre destin, et notre récompense, où nous nous retrouverons dans la paix de Notre Seigneur, et où nous connaîtrons le bonheur que nous mériterons selon la vertu de notre vie terrestre. Réjouissons-nous donc, pour notre Frère, qui goute ce bonheur. Prions pour son âme.

Thomas joignit les mains en un geste de prière qui resta silencieuse. Elle dura une petite minute.

Est-ce que certains des amis ou membre de la famille désirent dire quelques mots à propos du Seigneur Manu ? Je vous invite à vous lever et à me rejoindre...

Thomas attendit que certains viennent s'exprimer.
avatar
Corneillie
Nombre de messages : 212
Date d'inscription : 15/04/2009

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

le Lun 4 Juil - 23:46
Corneillie s’arrache instantanément de la ou elle était. Jean, le pauvre jeune page qu’il est n’a pas eu le temps de la retenir que déjà la petite fille court vers l’homme d’église.

D’une petite voix elle lance un « je veux parler » à son adresse. Monseigneur Bombadil laisse paraître un hochement de tête d’approbation afin de l’invité à s’exprimer.


CORNEILLIE : (hurlant) Je t’en supplie, papa, m’abandonne pas ! Pourquoi tu es parti, pourquoi tu as toujours été parti ? Je t’ai toujours attendu au manoir, avec Manon, mais tu n’es jamais venu. Pourquoi tu ne m’as jamais aimé ? Pourquoi ? Tu n’as fait que me gronder, me frapper !!! J’avais besoin de toi, j’avais besoin d’être rassurée, d’être protégé … mais tu n’étais pas la. J’avais besoin d’être aimée, j’avais besoin d’être câliné, mais tu n’étais jamais venu. J’étais seule, dans ce manoir, seule sans famille. Aujourd’hui je suis orpheline, mais qu’est ce que ça change finalement par rapport à avant ? La vérité c’est que tu ne m’as jamais aimé. J’e suis une bastarde, tu me l’as toujours dits, c’est pour ça que tu ne m’as jamais aimé. Est-ce que tu me déteste autant que les zébourguinons ? Et vous tous, pourquoi aimez vous mon papa ? Qu’est ce qu’il avait de bien ?

La petite Corneillie tombe alors à genoux et laisse couler ses larmes sur les dalles glacée de l’église, tête baissée. Jean se précipite alors vers la petite pour la consoler.

CORNEILLIE : (hoquetant) Ne me laisse pas papa, je ne suis plus personne si tu m’abandonne.
Contenu sponsorisé

Re: Funérailles du Seigneur Marchais

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum